Publicité

VIDÉO - Le nyckelharpa, comment ça marche ? Par Eléonore Billy

Par
Eléonore Billy et son nyckelharpa Jean-Claude Condi
Eléonore Billy et son nyckelharpa Jean-Claude Condi
© Radio France - Mattéo Iachkine

Instrument national de la Suède, le nyckelharpa apparaît au Moyen Âge avant d'aboutir à sa forme définitive dans les années 1950. La nyckelharpiste Éléonore Billy nous explique le fonctionnement de son instrument.

Violoniste de formation, c'est à travers ce premier instrument qu'Eléonore Billy découvre la culture suédoise, sa musique et surtout, son instrument traditionnel : le nyckelharpa. Formée en Suède dans la région d'origine de cette "vielle à touche", la nyckelharpiste est aujourd'hui une des principales ambassadrices de l'instrument en France.

Le nyckelharpa, mode d'emploi en vidéo :

France Musique : Est-ce qu’on dit “le” ou “la” nyckelharpa ?

Publicité

Eléonore Billy : On peut dire les deux, car comme beaucoup de noms suédois, “nyckelharpa” n’a pas de genre. Personnellement, je dis “le nyckelharpa”, qui se traduit par “vielle à touche”.

France Musique : est-ce qu’on dit “le” ou “la” nyckelharpa ?

On peut dire les deux, car comme beaucoup de noms suédois, “nyckelharpa” n’a pas de genre. Personnellement, je dis “le nyckelharpa”, qui se traduit par “vielle à touche”.

Pourquoi choisir le nyckelharpa ? Parce que c'est la classe : au sein d'un groupe, tout le monde sera attiré par cet instrument et son musicien - Eléonore Billy

Quelles sont les différentes parties qui composent l’instrument ?

Le nyckelharpa est une vielle. Comme la plupart des instruments à cordes de l’orchestre, il est composé d’une caisse de résonance, d’un cordier, d’un chevalet et d’une tête munie d e seize mécaniques servant  à accorder l’instrument. Sa particularité réside dans son clavier à quatre rangées de touches, que le musicien actionne avec ses doigts pour produire les notes. Plus la rangée est haute, plus les notes correspondantes sont aigües.

Quelle est le fonctionnement du nyckelharpa ?

Musicalement, il ressemble à l’alto. C’est un instrument à cordes frottées joué à l’aide d’un archet court et ses quatre cordes mélodiques sont accordées en do-sol-ré-la. Mais là ou l’alto demande de poser les doigts directement sur les cordes pour produire les notes, le nyckelharpa possède un clavier à touches, qui actionnent des petites pièces de bois appelées “sautereaux” et qui viennent appuyer contre les cordes. Grâce à ce système, le musicien n’est pas responsable de la justesse des notes ! Le nyckelharpa possède aussi des cordes sympathiques. Elles sont placées sous les quatre cordes mélodiques et sont hors de portée de l’archet et des sautereaux. Dès qu’une note est jouée sur une corde mélodique, la corde sympathique correspondante entre en vibration et amplifie naturellement le son de l’instrument. Le nyckelharpa est conçu pour avoir le maximum de résonance possible.

Détails des sautereaux du nyckelharpa
Détails des sautereaux du nyckelharpa
© Radio France - Mattéo Iachkine

Quelles sont les origines de cet instrument ?

Un de ses ancêtres est une petite vielle lui ressemblant, la moraharpa. Cette forme instrumentale est apparue vers le XIVe siècle à l'est de la Suède, dans la région d’Uppland, autours de l’emplacement de l’actuelle ville d’Uppsala. Au fil des siècles, la caisse de résonance s’est allongée, de nouvelles cordes sympathiques ont été ajoutées et le clavier s’est agrandi. La forme actuelle du nyckelharpa date des années 1950, mais il faudra attendre les années 1970 pour que l’instrument qui sa région natale pour progressivement gagner toute la Suède, puis d’autres pays comme la France. Aujourd’hui, même s’il reste assez intimiste, le nyckelharpa repousse ses limites et on le voit apparaître dans de nombreux styles musicaux autres que la musique traditionnelle suédoise. En France, il est notamment fabriqué dans les Vosges, par un luthier nommé Jean-Claude Condi.

Une moraharpa
Une moraharpa
- Zeth Johansson

Comment avez-vous découvert le nyckelharpa ?

Je jouais du violon et je me destinais d’abord à une carrière sportive. Mais je suis retourné sur l'instrument et par ce biais, j’ai découvert la musique traditionnelle suédoise et l’instrument national de ce pays nordique : le nyckelharpa. J’ai grandement apprécié ses sonorités et la forte résonance des sons qu’il produit, aussi, je suis rapidement partie me former en suède, dans la région d’origine du nyckelharpa. A partir de ce moment-là, il ne m’était plus possible de faire marche arrière !

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

Lors d’une représentation donnée en Crète avec le Tokso Quartet, dans un beau théâtre antique, nous avons été visitées par des chauves-souris dès les premières notes du concert. A la toute fin du dernier morceau, elles sont reparties là d’où elles venaient.