Publicité

Adama Traoré : le plaquage ventral aurait causé sa mort

Par
Manifestation contre le racisme et les violences policières - Paris - 2 juin 2020 (Photo : Théo Saffroy)
Manifestation contre le racisme et les violences policières - Paris - 2 juin 2020 (Photo : Théo Saffroy)
© AFP

Alors qu'une expertise médicale disculpait les gendarmes dans la mort d'Adama Traoré, une "contre-expertise indépendante" mandatée par la famille affirme le contraire : il serait mort à cause de cette interpellation musclée.

Vendredi 29 mai, FranceInfo révélait les conclusion d'une expertise médicale dans l'affaire Adama Traoré, mort dans des conditions plutôt mystérieuses après une interpellation par les forces de l'ordre le 19 juillet 2016

Une expertise disculpe les gendarmes

L'expertise avait été demandée par le juge d'instruction et réfutait l'hypothèse selon laquelle Adama Traoré serait mort des causes de son interpellation. "M. Adama Traoré n’est pas décédé d’asphyxie positionnelle, mais d’un œdème cardiogénique" était-il écrit d'après FranceInfo. La lutte continue pour sa famille, persuadée que les forces de l'ordre sont en cause dans la mort du jeune homme. 

Publicité

Une contre-expertise met en cause les gendarmes

Ainsi, la famille Traoré a demande une "contre-expertise indépendante." En effet, l'avocat dénonçait des "pseudo-experts" dans l'expertise précédente qui "font honte à la médecine." Les résultats de cette contre-expertise ont été révélés hier, par FranceInfo, alors qu'un rassemblement allait avoir lieu au même moment devant le Tribunal de Paris pour demander "Justice pour Adama." Elle révèle que le plaquage ventral effectué par les gendarmes lors de l'arrestation d'Adama Traoré est la cause de sa mort.

Depuis la mort d'Adama Traoré, les expertises se contre-disant se succèdent. Avant celle révélée par FranceInfo le 29 mai, une autre affirmait déjà que son immobilisation par les gendarmes était la cause de la mort d'Adama. 

Mardi 2 juin, un rassemblement réclamant la vérité dans l'affaire Adama Traoré a réuni plus de 20 000 personnes devant le Tribunal de Paris, Porte de Clichy, selon les forces de l'ordre, et 40 000 selon le collectif "La Vérité Pour Adama".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.