Publicité

Alpha Wann et Népal : quand le succès d'estime se transforme en succès commercial

Par
Montage - Alpha Wann - Cover "UMLA" / Népal - Cover "Adios Bahamas"
Montage - Alpha Wann - Cover "UMLA" / Népal - Cover "Adios Bahamas"
- Team Mouv'

"UMLA" et "Adios Bahamas" viennent d'être certifiés disques de platine, retour sur ces succès obtenus en dehors des codes.

Le 21 septembre 2018, Alpha Wann dévoilait son album UMLA. Un album dans lequel il déclarait : "Très peu probable que je tape un platine, faut que j'fasse un classique" sur le titre STUPÉFIANT ET NOIR. Quasiment 4 ans plus tard, le rappeur parisien peut être fier d'avoir pondu un classique désormais platine.

En effet, ce 1er août, le SNEP a annoncé que UMLA était officiellement certifié disque de platine. Dans la même journée, le dernier album de Népal, Adios Bahamas, a également été certifié platine. Une très belle coïncidence pour ces deux albums assez similaires dans leur approche et dans leur symbolique.

Publicité

Un succès qui a pris son temps

1410, c'est le nombre de jours qu'il a fallu à Alpha Wann pour décrocher son deuxième disque de platine. Quant à Népal, il lui en aura fallu 934. Quand on sait que certains rappeurs décroche cette récompense au bout de quelques semaines, on se dit que l'attente fût longue.

Cependant, cette longue période est significative d'un succès plus important encore qu'un record de ventes en première semaine. Cette attente montre que les projets ont su perdurer avec le temps et que les auditeurs ne s'en sont pas lassés. Et si ils ne s'en sont pas lassés c'est qu'ils sont de qualités.

Qualité avant tout

A leurs sorties, UMLA et Adios Bahamas ont, de suite, été très bien accueillis par la critique et les auditeurs. Le premier intronisant Alpha Wann comme l'une des meilleures plumes de sa génération et le second rendant un hommage immortel à Népal, décédé deux mois avant la sortie de son album.

Que ce soit par leurs textes, la cohérence de leur projet ou encore la modernité des instrus, les deux rappeurs parisiens ont créé des albums dont il est difficile de trouver des défauts. Ce sont des projets qui s'apprécient au fur et à mesure des écoutes. Et à chacune d'entre elles, on découvre une nouvelle punchline, une nouvelle rime riche en entrant un peu plus dans le monde de leurs auteurs.

En dehors des codes

Si ce succès est aussi particulier, c'est qu'il s'est construit essentiellement autour de la musique. "Si j'l'ai fait, tu peux l'faire, qualité en guise de promo" déclare Alpha Wann dans apdl. Pour défendre ces deux albums, les deux rappeurs n'ont pas emprunté les routes habillement tracées. Ils n'en n'ont d'ailleurs pas prise beaucoup.

Souvent lors des sorties, les rappeurs enchainent les interviews, s'affichent sur les murs des villes, envoient des clips... Dans le cas de Népal et Alpha Wann, le silence a primé.

En effet, l'auteur de Sundance, ayant malheureusement perdu la vie, n'a pas pu défendre ardemment son projet sur scène ou lors de plans promotionnels. Son entourage s'est contenté de distribuer le projet mais a toujours été clair sur le fait que l'image de Népal ne soit pas utilisée à des fins commerciales, un comportement plus que louable.

De son côté, Alpha Wann s'est fait rare en interview et n'a pas démultiplié les clips. Il a également enlever un couplet de Nekfeu dans son album. Preuve que la réussite commerciale n'était pas son objectif premier.

Classiques

UMLA et Adios Bahamas sont donc devenus, avec le temps, des incontournables et ont créé des fanbases plus solides que la roche. Aujourd'hui ce succès d'estime s'est traduit en succès commercial puisque les deux projets ont atteints les 100 000 ventes. Une réussite qui prouve que le travail paye et qu'il ne faut pas céder à la culture de l'instant.