Publicité

Angèle victime de hackeurs sur son compte Spotify

Par
Angèle - première de son documentaire au Grand Rex
Angèle - première de son documentaire au Grand Rex
© Getty - Stéphane Cardinale

Angèle a été victime d'un hack sur son compte Spotify : un faux-titre a été posté sous son nom.

Après Ziak et un bon nombre de rappeurs, c'est Angèle qui a été victime de piratage sur Spotify comme l'a diffusé Interlude : un faux-titre a été posté sur le compte de la chanteuse, supprimé après plusieurs heures.

La plateforme de streaming semble complètement dépassée par ce micro-phénomène qui prend de l'ampleur : les comptes Spotify de nombreux artistes ont été piraté ces derniers temps, à des fins bien particulières. En effet, on a vu l'apparition de "faux-titres", des morceaux d'autres artistes postés frauduleusement sur le compte des célébrités.

Publicité

Un phénomène qui prend de l'ampleur

Ainsi, Angèle a été la nouvelle victime de cette trend, revendiquée en partie par le collectif 90%, qui se défend : "En réalité, aucune loi ne nous dit que ce qu’on fait est illégal quand on met des sons"; ajoutant : "On ne fait pas ça pour l’argent mais pour faire rire les gens, donc on modifie le nom de l’artiste dès que le son a atteint un certain seuil de visibilité". Pour l'instant, ils n'ont pas indiqué s'ils étaient derrière le hack du compte d'Angèle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Concrètement, c'est une track d'une minute trente nommée BLASTED qui a été en ligne sur le compte de la belge, illustrée par une version pixelisée de la cover de Brol. Un flow timide qui n'a bien sûr rien à voir avec le style d'Angèle, mais qui a bénéficié de la visibilité de la chanteuse, qui, avec la sortie de son documentaire et de son album NONANTE-CINQ, est sous le feu des projecteurs.

Supprimé au bout de quelques heures, la farce aura tout de même déconcerté les internautes et l'entreprise de streaming suédoise, qui ne sait apparemment pas comment lutter contre ces hackings à répétition.