Publicité

Anonymous pirate des radios de police et joue "Fu** Tha Police" de N.W.A

Par
N.W.A - shooting à New-York en 1991 (Al Pereira)
N.W.A - shooting à New-York en 1991 (Al Pereira)
© Getty

Quand Anonymous diffuse "Fuck Tha Police" de NWA sur les fréquences radio de la police.

Suite à la tragique mort de George Floyd pendant un contrôle de police, les Etats-Unis s'embrasent, des manifestants envahissent les rues et le pays tout entier exprime sa colère. 

La groupe de hackers le plus célèbre de la planète, Anonymous, est également venu ajouter son grain de sel en prenant le contrôle des radios de la police de Chicago et en diffusant Fu**Tha Police de NWA. 

Publicité

Après plusieurs années à rester discrets, les hackers reprennent donc visiblement du service. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Traduisez : "Nous soutenons les manifestants qui se battent contre l'oligarchie américaine, contre l'injustice d'un système raciste qui continue depuis des générations__. Si la police tire sur des reporters, des manifestants en utilise la violence, comment voulez-vous que les manifestants se calment ? Les gens n'en peuvent plus d'être brutalisés et tués."

Anonymous a également diffusé une vidéo dans laquelle le groupe promet de s'en prendre à la police de Minneapolis.