Publicité

Booba vs Magali Berdah : une enquête de Médiapart s'offusque des méthodes du rappeur

Par
Booba - Magali Berdah (DR)
Booba - Magali Berdah (DR)
© AFP

Dans une enquête, Médiapart dénonce la façon dont Booba s'attaque à Magali Berdah.

C'est un des plus gros dramas de ces derniers mois : Booba a lancé une attaque contre les influenceurs, avec la papesse du domaine en ligne de mire, à savoir Magali Berdah.

Depuis le printemps dernier, B2O a choisi une nouvelle cause à défendre : après avoir découvert, selon ses mots, des arnaques qui seraient perpétrées par le célèbre Marc Blata, le rappeur du 92i a choisi de s'attaquer au monde de l'influence. Un combat de titans a alors été lancé : Booba et ses millions de ratpis, contre les influenceurs de la sphère de Berdah, elle-même soutenue par une énorme base de followers et des amis bien placés. Équipe de communicants contre équipe de communicants, les deux partis s'affrontent à bases de prise de parole sur les réseaux, toujours très commentées. Un beef qui a connu son apogée lors de la diffusion de Complément d'Enquête, censé faire la lumière sur le business des influenceurs et très teasé par Booba.

Publicité

De la dénonciation au harcèlement

Si la cause de Booba est soutenue par des ratpis, elle attire aussi de plus en plus la sympathie du grand public, qui voit en lui un lanceur d'alerte. Résultat, Magali Berdah n'est pas exactement la personne la plus appréciée sur les réseaux ces derniers temps, et dit recevoir beaucoup de menaces s'apparentant à du harcèlement. Et, malgré un dépôt de plainte à l'encontre du rappeur, il semblerait que les rafales d'insultes ne cessent pas. Booba se dit lui même prêt à tout pour faire tomber un réseau qu'il considère comme une fraude.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des méthodes qui questionnent

Que l'on soit d'accord ou non avec les prises de position du rappeur, ses méthodes sont questionnées par de nombreux acteurs du milieu. Et de fait, ce n'est pas la première fois que B2O s'en prend avec une certaine violence verbale à ses ennemis - habitué des clashs, il n'épargne pas grand monde. D'ailleurs, Médiapart révèle que plusieurs femmes, dont DemDem, la femme de Maître Gims, auraient porté plainte contre Booba pour "harcèlement moral et sexuel".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Trop de dénonciation tue la dénonciation ?

Bref, l'affaire est délicate : pour certains, Booba met les pieds dans le plat et est considéré comme une sorte de super-héros qui met en lumière ce que la justice n'arrivait pas à canaliser. Pour d'autres, il va trop loin. Et, de fait, la violence de certaines de ses attaques - reprises en masse par ses ratpis - est questionnable : "Un faux pas, ne serait-ce qu’un seul, balle dans la tête pour vous TOUS avec un silencieux", ou encore "sache que je ferai tout en mon pouvoir pour te faire perdre ta place et la face (...), je te souillerai et te détruirai", a-t-il par exemple écrit. Pour les journalistes rap interrogés par Médiapart, la cause défendue par Booba aurait plus pour but d'attirer l'attention sur lui que de défendre une noble cause...

Un débat qui n'a pas fini de faire parler, et une question nous reste en tête : la fin en vaut-elle les moyens ? S'il ne s'agit pas ici de prendre parti, on peut regretter que les actions de B2O sont finalement décrédibilisées par la violence de ses propos. En tout cas, la guerre n'est pas finie.