Publicité

Brahim Bouhlel condamné à huit mois de prison ferme au Maroc

Par
Brahim Bouhlel - A Cannes en 2020 (Valery Hache)
Brahim Bouhlel - A Cannes en 2020 (Valery Hache)
© AFP

La justice marocaine s'est montrée très dure avec l'acteur français Brahim Bouhlel.

L'humoriste et acteur français Brahim Bouhlel a été condamné mercredi au Maroc à huit mois de prison ferme pour avoir diffusé sur les réseaux une vidéo jugée insultante, a indiqué à l'AFP son avocate. L'influenceur franco-marocain connu sous le pseudonyme Zbarbooking a lui été condamné à un an de prison ferme. Me Rghioui, l'avocate de l'acteur, a indiqué qu'il fera appel "dès demain" selon l'AFP_._

En prison depuis deux semaines

Depuis deux semaines, Brahim était en détention préventive avec Zbarbooking, qui apparait également sur la vidéo. Sur les images en question, on peut apercevoir Brahim attablé dans un restaurant à Marrakech aux côtés de Zbarbooking et de l'acteur français Hedi Bouchenafa. Les amis s'amusent et filment trois mineurs en proférant des insultes, qui ont suscité l'indignation sur les réseaux sociaux avant d'attirer l'attention de la justice marocaine. Ils étaient poursuivis pour "diffusion d'une vidéo d'une personne sans son consentement" et "détournement de mineur". Début avril sur les réseaux, de nombreux internautes marocains nationalistes attaquaient déjà vivement les trois comédiens et faisaient monter la pression.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une justice de fer 

"La jugement est très dur ! C'est l'histoire d'une mauvaise blague qui mène ses auteurs devant la justice. Pourtant, ils ont sincèrement regretté les propos tenus", a déclaré à l'AFP Me Rghioui. Face à la polémique Brahim avait immédiatement présenté ses excuses et "assumé" son erreur dans une vidéo publiée sur Instagram. M. Bouchenafa a lui quitté le territoire marocain avant l'ouverture de l'enquête.