Publicité

Burkini dans les piscines à Grenoble : la polémique enfle avant le vote du conseil municipal

Par
A Rennes, le port du burkini est autorisé dans les piscines municipales depuis 4 ans.
A Rennes, le port du burkini est autorisé dans les piscines municipales depuis 4 ans.
© Getty

Un gros dossier va animer le conseil municipal de Grenoble ce lundi : le burkini. Après des semaines de polémiques, les élus doivent voter pour ou contre son autorisation dans les piscines municipales.

C'est peu de dire que ce conseil municipal de Grenoble est attendu. Ce lundi à 15h, les élus de Grenoble devront se prononcer sur la modification du règlement intérieur des piscines. Une délibération qui a cristallisé, voire crispé très fort le débat depuis des semaines. Un mot est sur toutes les lèvres : le Burkini.

La nouvelle version de ce règlement va permettre au vêtement de bain islamique d'être autorisé. La demande vient d’une association de femmes musulmanes. Plusieurs d'entre elles racontent avoir été expulsées d’une piscine municipale à cause de leur tenue. 

Publicité

La mesure divise les élus 

Le maire de la ville Eric Piolle a entendu leur demande et souhaite lui aussi banaliser cette modification du règlement des piscines. Mais le projet de délibération a vite déclenché une tempête politique. Le président de la région Laurent Wauquiez menace de ne plus accorder de subvention "à une ville soumise à l’islamisme".  

Chez les élus de gauche aussi ça coince : 40 des 49 maires de l’agglomération demandent à Eric Piolle de renoncer. Il y a également une manifestation est organisée ce lundi après-midi, avant le Conseil municipal, à l'appel d'Alain Carignon, ancien maire de Grenoble et principal opposant à la mairie. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Face à la polémique, le maire de Grenoble reste droit dans ses bottes et rappelle qu'une telle modification du règlement des piscines autorisant le port du "maillot de bain couvrant" existe déjà à Rennes depuis quatre ans.

Si l'autorisation est votée, les femmes pourront se baigner en burkini dès le 1er juin dans les piscines municipales de Grenoble. Seulement, le préfet de l'Isère a annoncé dimanche soir dans un communiqué qu'il demandera au tribunal administratif d'annuler l'autorisation si le conseil municipal de Grenoble la valide ce lundi après-midi.