Publicité

Compil 94 Val de rap : gloire et respect éternel au rap du 9-4

Par
Demon One - capture clip "Val de Rap"
Demon One - capture clip "Val de Rap"

Que ceux qui représentent le 9-4 se lèvent, l'heure est venue de se plonger dans la compilation 100% Val de Marne, 94 Val de Rap.

Il y a quelques mois maintenant, on vous prévenait que 2022 serait l'année des projets collectifs XXL dans le rap français. Au vu de tout ce qui se prépare actuellement dans l'ombre des studios, on ne vous a pas menti. Sauf que parmi tous les exemples qu'on vous a cités, il y en a un qui à l'époque n'avait pas encore été annoncé. On parle bien sûr de la compilation 94 Val De Rap.

Après les cartons récents de 93 Empire pour la Seine-Saint-Denis et de 13 Organisé à Marseille, on se doutait que d'autres villes, départements et régions de France n'allaient pas tarder à leur emboîter le pas. Aujourd'hui, c'est le 94 qui se lance à son tour dans la course aux compils rap. A l'initiative de ce nouveau projet ambitieux, on trouve le label Cartier Music, une structure indépendante créée en juin 2021 et dont le nom fait référence à la cité Jacques Cartier de Choisy-le-Roi, celle dont est originaire son fondateur, Mohamed.

Publicité

Son idée est simple : comme Fianso et Jul avant lui, il a cherché à réunir la crème de la crème des artistes du 9-4 sous une seule et même bannière, dans le but de les faire briller dans toute la France. C'est en un temps record, après quatre mois de travail acharné qu'il mena son projet à bien. Au final, la compilation 94 Val de Rap, c'est plus d'une quarantaine d'artistes rassemblés pour un total de 2h10 de musique. Ne soyez pas surpris par une telle force de proposition. Vous savez bien que le 9-4 a toujours été une terre de rap et un vivier de talents.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le 9-4, terre historique de rap français

A l'heure où il n'y en a presque que pour Paris et Marseille dans le game, on en oublierait presque que le Val-De-Marne a lui aussi été précurseur dans le développement du rap en France. Les OG le savent : « Tout a commencé là-bas, dans la ville qu'on appelle Maisons-Alfort ». Ces mots prononcés par MC Solaar en 1990, en ouverture de l'un de ses premiers classiques, Bouge de là, en dit l'ont sur l'importance du troisième département de la petite couronne parisienne dans l'émergence de la culture hip-hop chez nous.

Les fondations posées, c'est toute une scène qui s'est par la suite développée dans ce département du sud de Paris. Parmi les grands noms de cette première génération du rap local, on pense évidemment au regretté Lionel D, MC du groupe Fresh MC Four décédé en 2020 et à son acolyte DeeNasty. Pionniers parmi les pionniers, ils font partie des premiers à avoir fait rayonner la culture hip-hop dans un média, au travers Deenastyle, leur émission culte sur l'antenne de Radio Nova.

Dans leur sillage, ce sont Manu Key, Kery James, Karlito, Rohff et le 113, groupe composé de Mokobe, Rim'K et AP qui ont réellement mis le 9-4 sur la carte du rap français en fondant ensemble le mythique collectif de la Mafia K’1 Fry. Dans cette grande famille de hiphopers, on trouvait des MC's, mais aussi des breakeurs, DJ, beatmakers et autres graffeurs. Après eux, d'autres groupes comme Intouchable formé par Dry et Demon One sont venus s'ajouter à la grande fratrie de cette première génération du rap val-de-marnais.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A l'aube du nouveau millénaire, c'est le groupe 400 Hyènes qui sort du Bois l’Abbé de Champigny-sur-Marne, avec La Hyène et K-Push au micro. Dix ans plus tard, Lacrim reprend le flambeau, avant qu'arrivent plus récemment des noms comme Oboy, Hös Copperfield, Fresh La Douille et Gambi. Au niveau des artistes féminines, le 9-4 peut aussi compter sur les flows et les voix d'Isleym, Amy, ou encore Chana pour gonfler ses rangs. Bien entendu, il ne s'agit là que d'une liste non-exhaustive des artistes qui ont fait, font et feront briller pendant encore longtemps le 9-4 sur la carte du rap français.

Et s'il s'avère difficile de cerner toute la richesse du rap du 94, notamment pour tous ceux qui ne sont pas directement implantés sur place, la compilation Val de Rap est un bien bon moyen de se mettre dans le bain. A raison que ce projet représente une carte postale authentique du paysage rap local et de la vie quotidienne de ses cités.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

9-4 sur la plaque

Ça n'a pas été facile, mais ils l'ont fait. Sur cette compilation, ce sont pas moins de trois générations de rap val-de-marnais qui se croisent : les années 90, les années 2000-2010 et les années 2020. Entre les anciens heureux de porter le flambeau de l'Histoire, les rois d'hier remis sur le devant de la scène sur un projet d'envergure et les plus jeunes fiers d'enregistrer et poser avec les artistes qu'ils écoutaient étant gamins, forcément que l'envie de bien faire est là et que ça donne une belle alchimie entre tous.

« Quand on te propose un tel projet, t'es obligé de ramener ta pierre à l'édifice », affirment fièrement les membres du groupe de Vitry D2S. « C'est Six Coups qui m'a invité à participer au projet, c'est un honneur d'avoir été convié », ajoute Hös Copperfield. Même constat pour Dry : « Le 9-4 a toujours été là pour moi comme j'ai toujours été là pour lui […] Faire un projet qui nous rassemble tous, c'était essentiel et logique et c'est en toute humilité et avec grand plaisir que j'ai participé à ce projet ».

Authentique, solidaire, familial, ambitieux, déterminé, fédérateur, hardcore, fidèle ou encore loyal... Quand on demande aux artistes du 9-4 de trouver des termes pour qualifier le rap de chez eux, voilà ceux qui ressortent le plus. Des adjectifs élogieux aussi variés que complémentaires qui en disent long sur l'identité et la diversité de la scène rap du 9-4.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Vitry-sur-Seine, Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Orly, Chevilly-Larue, Villiers sur Marne, Charenton le Pont, Champigny-sur-Marne sont autant de villes parmi tant d'autres à être représentées ici. Et si toutes partagent une culture et des valeurs communes avec ses voisines, chaque commune, chaque quartier du 9-4 se démarque avec sa propre identité, ses propres codes et sa propre couleur musicale. Comme le dit très bien Igo.R, « Le 94 est un département avec plusieurs faces, plusieurs identités de par la position limitrophes de certaines de ses villes avec d'autres départements ».

Pour autant, malgré les différences de générations, de codes et de vécus entre les artistes, tout ce beau monde s'accorde sur le côté hardcore, mafieux et violents des quartiers du Val-De-Marne. C'est la raison pour laquelle en mettant en musique les bons comme les mauvais moments, les joies comme dans les peines, chacun fait le taff et honore dignement les murs de la terre qui les a fait grandir. Posez la question à chacun des plus de quarante artistes invités sur le projet, la vérité est qu'ils sont tous fiers de porter le blase 94 dans le cœur et sur la plaque.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une compil qui fait mouche

Sur la forme, si la tracklist du projet, avec ses 41 morceaux peut faire peur au premier abord, 94 Val de Rap se laisse agréablement écouter et ne tombe pas dans l’écueil auquel s'était malheureusement heurté le Classico Organisé. On s'en souvient, Jul avait réussi l'exploit de rameuter plus de 150 artistes de Marseille à Paris sur une trentaine de titres. Sur le papier, ça faisait rêver, mais dans les faits, le trop grand nombre d'artistes présents sur chaque morceau avait rendu le tout assez indigeste. Sans parler du fait que les « petits » artistes de chaque ville, s'il s'offrait assurément une belle ligne sur le CV, étaient finalement étouffés par le poids des plus grosses têtes d'affiche.

Pour ce projet 100% 9-4, le problème ne se pose pas puisque chaque titre, à quelques exceptions près, ne rassemble jamais plus de trois artistes différents. A vrai dire, sur la plupart des 41 sons de la compil, beaucoup sont des solo ou des morceaux en duo. Un format plus conventionnel, donc à la fois moins déstabilisant pour l'auditeur et moins frustrant pour les artistes. Ces derniers peuvent non seulement s'offrir le loisir de glorifier et dédicacer leur quartier, tout en nous faisant voyager dans leur propre univers, sans que personne ne puisse interférer. Une compilation comme on les aime en somme.

Pour afficher ce contenu Spotify, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ceci dit, aussi plaisant fut ce voyage musical dans les profondeurs urbaines du Val-De-Marne, on ne peut s'empêcher d’émettre quelques regrets. Comme souvent dans le cas d'un casting XXL, on en veut toujours plus et on déplore que tant d'autres grands artistes du 9-4 aient manqué le rendez-vous. En effet, où sont passés MC Solaar, Manu Key, Rim'K, Rocé, Different Teep, Nessbeal, Kamelancien, Take A Mic, Gambi, et même PNL qui on le rappelle ont passé une partie de leur adolescence à la Cité Gagarine d’Ivry-sur-Seine ?

Excepté les deux frères qui, on le sait, ne sont pas du genre à se mélanger, en plus d'être depuis longtemps rattachés à la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonne, on se doute que ces fâcheuses absences sont davantage dues aux contraintes de planning de chacun plutôt qu'à un réel oubli des producteurs ou à une non-volonté des uns et des autres de représenter leur fief.

Quoi qu'il en soit, il est acté grâce à Val de Rap que le 9-4 mérite amplement sa place au Panthéon des villes et départements de France ayant réussi l'exploit d'unifier leur scène rap sur un seul et même projet. Dans l'attente de Sale Époque, l'album labellisé 100% Sevran, 91 All Stars, la réunion des rappeurs de l'Essonne et l'ode au rap de la capitale Ici, c'est Paris porté par Rim'K, quelle autres ville ou partie de l'Hexagone aimeriez-vous voir entrer dans le game des compils ?