Publicité

Coupe du Monde au Qatar : 6500 ouvriers étrangers sont morts depuis le début des chantiers

Par
Un chantier d'un stade au Qatar - (photo : Lars Baron)
Un chantier d'un stade au Qatar - (photo : Lars Baron)
© Getty - Lars Baron

Une enquête du Guardian a été dévoilée et elle fait froid dans le dos : 6500 ouvriers étrangers seraient déjà morts sur les chantiers de la Coupe du Monde 2022 au Qatar.

Selon une enquête du journal anglais The Guardian, depuis 10 ans et l'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, 6500 ouvriers venant du Sri Lanka, d'Inde, du Bangladesh, du Népal ou du Pakistan sont morts sur les chantiers liés à la compétition.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Selon plusieurs sources gouvernementales des pays concernés, douze ouvriers meurent chaque semaine à cause pour la plupart des fortes chaleurs pendant une grande partie de l'année, les blessures liées à des accidents ou encore des insuffisances cardiaques. Mais ces chiffres n'ont pas l'air d'émouvoir ni le Qatar ni la FIFA. Le porte-parole du gouvernement a déclaré : 

Publicité

Le taux de mortalité au sein de ces communautés se situe dans la fourchette prévue pour la taille et la démographie de la population. Cependant, chaque perte de vie est une tragédie, et aucun effort n'est épargné pour tenter d'éviter chaque décès dans notre pays.

De son côté la FIFA ne voit pas de quoi s'alarmer non plus.

_ La fréquence des accidents sur les chantiers de la Coupe du monde de la FIFA a été faible par rapport à d'autres grands projets de construction dans le monde. _

Et ces chiffres ne concernent pas d'autres pays dont les ressortissants travaillent au Qatar comme les Philippines ou le Kenya...

Les chiffres de la honte.