Publicité

Discriminations homophobes et transphobes : des violences subies au sein de la famille par beaucoup de jeunes

Par
Les plaintes pour des injures, des menaces ou des agressions contre des personnes LGBT ont doublé en 5 ans.
Les plaintes pour des injures, des menaces ou des agressions contre des personnes LGBT ont doublé en 5 ans.
© Getty - Pyrosky

En cette journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, un rapport de l'association SOS Homophobie pointe du doigt les violences familiales vécues par des jeunes LGBT+.

Comme chaque année le constat est rude. Les discriminations homophobes et transphobes sont encore en hausse en France. 

Ces violences sont aussi vécues à la maison par beaucoup. D'après le rapport de SOS homophobie, parmi les personnes qui ont contacté l'association, 15% signalent un malaise au sein de la cellule familiale. 76% d'entre elles souffrent de rejet, et 28% de harcèlement. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La maison "est censée être un espace de sécurité et là, il ne l'est vraiment plus du tout pour les personnes LGBT", déplore sur Mouv' Lucile Jomat, présidente de SOS homophobie. Elle fait aussi remarquer que "près de la moitié des discriminations et des agressions subies émanent des parents". 

"Ces violences peuvent être du déni, du rejet de l'orientation sexuelle" détaille Lucile Jomat, "ça peut aussi aller jusqu'à de la séquestration, des privations de téléphone, et même des agressions physiques". 

Encore trop peu de victimes portent plainte

Cette année est aussi marquée par une recrudescence alarmante des cas d'agression LGBTphobes en milieu scolaire avec 5 % des agressions physiques, contre 2 % en 2020

De manière générale dans la société, les plaintes pour injures, menaces ou agressions contre des personnes LGBT+ ont doublé en cinq ans. Mais ces chiffres ne reflètent pas entièrement la réalité car seulement 20% des victimes portent plainte en cas d'agression ou de menaces, et à peine 5% en cas d'injure.