Publicité

Le cyber-harcèlement s'est renforcé avec le confinement

Par
Une campagne contre le harcèlement à l'école - Paris (Geoffroy Van Hasselt)
Une campagne contre le harcèlement à l'école - Paris (Geoffroy Van Hasselt)
© AFP

Ce jeudi 5 novembre est la journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école. Chaque année, 700 000 jeunes en sont les victimes selon le ministère de l'Éducation nationale. Pour limiter le cyber-harcèlement, Instagram met en place un outil pour bloquer les actions de certains utilisateurs.

Le phénomène touche au moins 5 à 10% des élèves français chaque année, selon le ministère de l'Éducation nationale. Le harcèlement qui s'opère d'abord directement dans les établissements scolaires s'est développé ces dernières années via les réseaux sociaux en dehors des heures de cours. Cette année, avec le confinement et la fermeture des collèges et des lycées, le harcèlement n'a malheureusement pas disparu, le cyberharcèlement s'est même renforcé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La plateforme Net Ecoute (joignable au 0800 200 000) signale même une hausse du nombre de sollicitations liées au cyber-harcèlement après le premier confinement : + 26 % en 2020 par rapport à septembre 2019.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Justine Atlan, la directrice de l'association e-Enfance affirme que les faits dénoncés sur la plateforme sont "assez graves." Il s'agit de "la diffusion d’images intimes de jeunes filles, et de données personnelles." Selon l'association, "__de nombreux comptes ont été fermés en coopération avec Snapchat et Instagram notamment, en raison de cyberviolences avérées telles que le chantage sexuel à la webcam (sextorsion) et le revenge porn."

Les principales raisons avancées principalement par les victimes sont la " jalousie/l’envie", "l'apparence physique", le "look vestimentaire et la "vengeance." Les premières raisons évoquées par les auteurs de harcèlement sont : "pour rigoler" (27 %) et "faire comme les autres" (26 %).

Facebook développe un nouvel outil de lutte contre le harcèlement

Pour lutter contre le phénomène, Facebook dit avoir "multiplié au cours des dernières années les outils offerts" aux utilisateurs pour "mieux contrôler leur expérience sur Facebook."

Cette année, Instagram a lancé la fonction “Restreindre.” La fonctionnalité permet de limiter l’accès d’un utilisateur à votre activité. Les commentaires sur vos publications d'une personne que vous avez bloquée ne seront visibles que par cette personne. Les personnes bloquées ne pourront pas voir quand vous êtes en ligne ou lorsque vous avez lu leurs messages et vous ne recevrez aucune notification venant de cet utilisateur. 

Les personnes concernées ne seront pas informées de la mise en place de ce mode "restriction."