Publicité

Mouvement de foule en festival, sont-ils réellement prêts à accueillir des rappeurs (PLK, Alpha Wann...)

Par
PLK au Pont Du Rock en 2019
PLK au Pont Du Rock en 2019
- Nico M Photographe

PLK a du arrêter son concert à la Fête du Bruit à cause d'un mouvement de foule. De quoi se demander si les festivals peuvent encore accueillir des rappeurs, eux qui génèrent des foules trop en délire. On débrief !

Lors de la Fête du Bruit de Landerneau ce week-end, le rappeur parisien PLK a été forcé de stopper son concert à cause de mouvements de foules trop importants. Et ce n'est pas le premier à avoir dû arrêter à cause d'un public trop animé.

PLK stoppé par l'organisation d'un festival pour public trop agité

Pendant le set de PLK, la foule s'est agitée au point où le festival à pousser l'artiste à arrêter son show. Le rappeur de Clamart a donc annoncé à ses fans "Vous allez continuer sans moi".

Publicité

Puis quelques minutes plus tard, un des organisateurs chuchote à PLK que le festival accepte de tenter une autre chanson : "On fait une chanson test, si tout se passe bien on continue." Et le concert a finalement repris son cours. Le show a été servi, et les fans étaient heureux mais il est vrai que des personnes qui perdent consciences et qui se mettent en danger ce n'est pas l'idéal. La faute à qui ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À la suite de cet événement, PLK a pointé du doigt un soucis d'organisation de la part du festival. L'auteur d'Enna ira même jusqu'à expliquer que ces festivals ne respectent pas les rappeurs et ne veulent pas croire à l'ampleur que représente scène rap.

Screen story PLK
Screen story PLK
- PLK

Ce n'est pas la première fois, l'effet post-pandémie ?

Ce n'est pas la première fois qu'un rappeur doit arrêter un concert à cause d'une foule qui ne se tient pas. Alpha Wann également avait du arrêter il y a quelques mois un concert en plein live à cause de la foule trop nombreuse à Paris.

Lors de son live, pareil, une foule trop serrée, des personnes rameutées à l'avant pour faire des pogos, et des personnes évacuées pour pouvoir respirer. Mais ce n'est pas aussi simple que ça de donner la responsablité aux organisateurs, ou aux rappeurs, ou à la foule. Logiquement, à la sortie de deux ans de pandémie, l'énergie du public est décuplée. Les gens veulent danser, rapper, se défouler, et il est certain que beaucoup de festivals ont probablement sous-estimé cette énergie.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

On pense bien évidemment aussi au festival Astroworld de Travis Scott qui a causé en novembre 2021 la mort de 10 personnes et plusieurs blessés.