Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République.
Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République.
Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République. ©Getty
Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République. ©Getty
Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République. ©Getty
Publicité
Résumé

Depuis un décret du 1er avril 2022, il est possible de filmer et diffuser les procès hormis ceux de la Cours de Justice de la République.

En savoir plus

Depuis le 1er avril, tous les procès peuvent être filmés en France : assises, correctionnelles, ou civiles. Toutes les audiences pourront faire l’objet d’une demande de tournage, même celles qui sont fermées au public, comme les audiences chez le juge des enfants, ou l'application des peines par exemple. L’idée c’est de faire de la pédagogie, pour que les français fassent plus confiance à la justice, et de rendre la justice plus transparente. En France, un des principes de base est que la justice doit être publique, parce qu’elle est rendue au nom du peuple, mais il n'y a pas beaucoup d’espace dans les salles d’audiences. Les procès seront diffusés dans un premier temps dans le cadre d’une émission sur France 3 à partir d’octobre 2022. Les audiences seront diffusées une fois l'affaire jugée, et avec l'accord des parties. Les procès filmés, ça existe dans d’autres pays, comme l’Espagne ou les Etats-Unis, où ils sont diffusés en direct (Amber Heard / Johnny Depp), et jusqu’ici en France, les caméras étaient réservées aux procès à portée historique (Maurice Papon, procès du sang contaminé, l'explosion d'AZF à Toulouse, les procès autour du génocide des Tutsis du Rwanda, ou ceux du 13 Novembre par exemple). Les caméras dans les tribunaux ça pose plusieurs problèmes : le respect de la présomption d'innocence, la protection de la vie privée, du droit à l'image et du droit à l'oubli, qui aura la responsabilité de filmer et de monter… 2 820 décisions pénales sont prises chaque jour en France. 

Notre invité : Thibault Spriet, magistrat et secrétaire national du Syndicat de la Magistrature. 

Publicité

►  Ça offre une justice plus transparente ?

►  Ce dispositif peut-il transformer la justice en spectacle et donc l'affaiblir ?

►  Filmer la justice peut-elle vraiment permettre de mieux la comprendre ? 

Références

Programmation musicale

  • 19h20
    Vroom
    Vroom
    THE FANATIX
    Vroom

    Interprètes THE FANATIX

    Album BOF / Find your line : Official music from gran turismo 7 (jeu vidéo) (2022)
    Label COLUMBIA

L'équipe

Tanguy Blum
Production