Publicité
Résumé

Depuis le confinement, la nature a repris ses droits, la qualité de l'air s'est améliorée et les animaux sont de retour dans les villes.

En savoir plus

1 espèce animales et végétale sur 8 risque de disparaître, il y aura bientôt plus de plastique que de poissons dans les océans, la déforestation augmente, il nous reste 12 ans pour éviter des changements climatiques irréversibles. Depuis le confinement, des oiseaux marins sont revenus à Marseille, des coyotes en Californie, des renards à Paris, des dauphins en Sardaigne, des pumas au Chili, des requins en Bretagne, les eaux de Venise sont redevenues limpides, la pollution atmosphérique et sonore, diminue… depuis quelques semaines la Nature reprend quelques droits. C’est peut-être le moment d’en profiter pour changer les choses : la Convention Citoyenne pour le Climat, qui regroupe 150 français tirés au sort, appelle à «rompre avec des pratiques destructrices». 

Notre invité : Damien Deville, géographe et anthropologue de la nature, co-auteur de Toutes les couleurs de la Terre – Ces liens qui peuvent sauver le monde (éditions Tana)

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

►  Mais est-ce que c’est possible ?

►  Comment on peut imaginer un monde plus écolo et plus réaliste grâce à cette crise ?

►  Il faut plus considérer la nature comme un sanctuaire ?

Références

L'équipe

Tanguy Blum
Production