Publicité
Résumé

En France et dans le monde, une partie de la jeunesse défilent et dénoncent les violences policières et le racisme.

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

De Nike à Adidas, les plus grandes marques soutiennent le mouvement BlackLivesMatter, l’industrie de la musique et Spotify aussi. Même si on peut s’interroger sur leur sincérité, l’heure est clairement à la prise de conscience, et la lutte contre les violences policières se traduit aussi dans la rue. 20 000 personnes devant le Tribunal de Grande Instance de Paris le 2 juin, 18 000 place de la République ce week-end, plusieurs milliers à Marseille et Lyon, une grosse mobilisation sur les réseaux, des manifestations à Londres, Berlin, Rome, aux Etats-Unis, au Brésil, en Colombie, au Canada… La jeunesse est en train de s’sengager contre les violences policières et le racisme, après une année marquée par les gilets jaunes et les grèves mondiales pour le climat en septembre.

►  Est-ce qu’on vit un moment historique dans la prise de consciences des violences policières ?

►  Les violences policières et la lutte contre le racisme vont devenir une cause générationnelle ?

►  Qu’est-ce que la jeunesse peut changer face à ces problèmes ?

Références

L'équipe

Tanguy Blum
Production