DMX au festival de Woodstock en 1999.
DMX au festival de Woodstock en 1999. ©Getty - KMazur
DMX au festival de Woodstock en 1999. ©Getty - KMazur
DMX au festival de Woodstock en 1999. ©Getty - KMazur
Publicité

Pour être stylé dans le milieu rap des années 90, on porte des t-shirts trop grands, des Timberland et une salopette. Pourtant au départ, c’est un uniforme de travail.

Eminem débarquait en salopette en jean pendant ses concerts et LL Cool J en portait dans ses clips. DMX, la légende du rap qui nous a quitté en avril à l'âge de 52 ans avait décidé de la sortir pour sa prestation légendaire au festival de Woodstock en 1999.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avant de se faire une place dans le dressing des rappeurs, la salopette est d'abord l'uniforme de l'ouvrier, du fermier, du menuisier. Mario, le personnage culte du jeu vidéo porte une salopette à longueur de journées parce qu'il est charpentier.

Publicité

Ils faisaient avec ce qu'ils avaient sous la main 

C'est seulement à la fin des années 1970 que la salopette devient une pièce de mode. La tendance est au port du vêtement de travail, les tabliers de peintre ou les robes de fermières connaissent un fort succès. 

Eminem en concert au Canada.
Eminem en concert au Canada.
© Getty - George De Sota

La salopette s'introduit dans les milieux rap à partir des années 1990, car comme le rap, la salopette vient de la marge. D'après Vincent Grégoire qui analyse les tendances mode à l'agence Nelly Rodi, la salopette est le symbole des rappeurs anti bling-bling de l'époque. "Pour eux, le luxe ce n'était pas leur culture. On était dans la street culture, dans le ghetto. Ils faisaient avec ce qu'ils avaient sous la main".

Un hommage aux esclaves ?

La salopette a aussi été porté par des personnes réduites en esclavage. D'ailleurs, aux Etats-Unis, une légende urbaine veut que les rappeurs afro-américains relevaient le bas de leur salopette jusqu'à leur cheville en hommage aux esclaves et aux prisonniers enchaînés.

Ensuite, la mode hip-hop connaît un gros tournant bling-bling à partir des années 2000. On veut montrer qu'on a réussi donc la salopette laisse place aux costumes et les fourrures de luxe.

Aujourd'hui, la salopette a moins la côte chez les rappeurs mais certains font de la résistance, à l'image de Tyler the Creator ou Kassa Overwall, un rappeur américain originaire de Brooklyn. En anglais, overwall veut dire salopette donc forcément il a décidé de passer sa vie habillé comme ça.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale

L'équipe

Emilie Mendy
Chronique