Logo de la police nationale française (crédits : Laurent Coust/SOPA Images/LightRocket via Getty Images)
Logo de la police nationale française (crédits : Laurent Coust/SOPA Images/LightRocket via Getty Images) ©Getty
Logo de la police nationale française (crédits : Laurent Coust/SOPA Images/LightRocket via Getty Images) ©Getty
Logo de la police nationale française (crédits : Laurent Coust/SOPA Images/LightRocket via Getty Images) ©Getty
Publicité

La photo d'un écusson avec un taser et la mention "électricien voie publique" porté par un policier lors d'une manifestation a créé la polémique sur Twitter. Mais en réalité, les policiers ne peuvent pas porter ce qu'ils veulent et doivent rester neutres.

La polémique a pris la semaine dernière, sur Twitter, suite au tweet d’un internaute choqué par le blason arboré par un policier lors d’une manifestation. Il a publié la photo du bras d’un policier, sans montrer son visage, juste son gilet pare-balle et son polo, polo sur la manche duquel est collé un patch portant le dessin d’un taser, un pistolet à impulsion électrique, et la mention "électricien voie publique. En commentaire, l’internaute interpelle la préfecture de Police de Paris et le ministère de l’Intérieur : "Est-ce que c’est réglementaire ça, un patch électricien voie publique ? Si oui, c’est de très mauvais gout."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La préfecture a répondu le lendemain avec un tweet, expliquant qu’une enquête administrative était ouverte, et que « des poursuites disciplinaires seront engagées » contre le policier en question. De quoi rappeler que, non, les policiers ne peuvent pas porter ce qu’ils veulent. Pour porter un écusson spécial, un policier doit soumettre sa demande à sa hiérarchie, et ce sont bien ses supérieurs qui valident ou non l’idée, en fonction de certains critères. Les critères étant l’absence de représentations racistes, sexistes, homophobes, et offensantes en général. 

Publicité

Des polémiques régulières autour des blasons

Et ce n’est pas la première fois qu’un écusson fait polémique. L’année dernière par exemple, le ministre de l’Intérieur lui-même avait promis d’exclure un CRS qui portait sur son casque un blason de la 12ème division panzer SS, une unité de l’armée nazie. Mais d’autres types de symboles ont pu susciter des questions, comme l’utilisation d’un autocollant du Punisher, la tête de mort de Marvel, photographié sur la matraque d’un policier lors d’une manifestation en 2016. 

Selon le règlement de la Police Nationale, les fonctionnaires de police doivent rester neutres. En clair : non, un policier ne peut pas porter ce qu’il veut, puisque comme le dit l’article de loi du 6 juin 2006 : "est prohibé le port sur la tenue d’uniforme de tout élément en rapport avec une organisation politique, syndicale, associative, ou tout signe ostentatoire." Ce que les policiers ont le droit de porter, c’est leur patch "police nationale", et éventuellement le sigle de leur unité, par exemple, le jaguar pour la police judicaire, celui avec la panthère pour le RAID, sachant aussi que certains logos varient selon les unités, par exemple pour les BAC, les brigades anti criminalité qui ont toutes un écusson différent.

Programmation musicale

L'équipe

Marion Lagardère
Production