Théo Saffroy / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP ©Getty
Théo Saffroy / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP ©Getty
Théo Saffroy / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP ©Getty
Publicité
Résumé

Beaucoup de questions sur les réseaux, ici en France : Pourquoi #BlackOutTuesday ? Et qui a lancé cette initiative ?

En savoir plus

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tout ou presque était noir hier : des publications de carrés noirs sur Twitter, Instagram, du compte de Rihanna à celui de Drake en passant par LeBron James, et même l’Itunes store d’Apple était fermé :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

C'était le Black Out Tuesday (qu’on pourrait traduire par "mardi débranché") c’est un hashtag de soutien au soulèvement anti-raciste aux Etats-Unis après la mort de George Floyd, afro-américain de 46 ans à Minneapolis, tué lors d’une interpellation par un policier…

Publicité

Mais qui a lancé ce Hashtag ?

Ce Hashtag vient du monde de l’industrie musicale, et plus précisément deux femmes noires, Brianna Agyemang et Jamilla Thomas, directrice marketing chez Atlantic Records… Toutes les deux ont lancé l’appel aux artistes et aux labels : l’idée est d’interrompre le travail pour prendre de temps de réfléchir :

Sur les actions à prendre collectivement pour soutenir les communautés noires, l’activité ne peuvent pas reprendre comme avant.

Un message repris par beaucoup d’artistes, mais aussi effectivement par des labels comme Sony, Warner, Universal, et puis les plateformes Deezer et Spotify… Et celle qui a le mieux résumé le principe, c’est Rihanna :

"We ain’t buying shit, we ain’t selling shit either - On n’achète rien , on ne vend rien non plus !" En clair, si nous n’achetons plus rien, l’économie sera touchée, et là nos voix vont porter… On ne pouvait pas acheter du Fenty hier.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Mais tout le monde n’a pas aimé ce hashtag… Beaucoup de personnes qui luttent contre le racisme et qui dénoncent les violences policières aux Etats-Unis comme en France ont dit :

C’est bien beau un hashtag mais ça ne fait pas avancer la cause. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des carrés noirs ont inondé les réseaux par millions et du coup ont rendus les autres informations très difficiles à trouver. Les infos sur les rassemblements, les manifestations, les vidéos d’arrestations… C'est ce que Lil Nas X a essayé d’expliquer sur Twitter :

"Je ne voudrais pas me faire porte-parole mais ce serait peut-être mieux si on postait des liens vers des pétitions et des cagnottes au lieu de copier-coller des images noires… "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Même message de la chanteuse Kehlani, qui explique qu’à cause de ce hashtag il n’y a plus de vidéos, ni d’informations utiles mais que des écrans noirs… Autrement dit, ce hashtag qui partait d’une bonne intention, le geste facile à faire pour être solidaire, et bien il a réalisé le rêve des autorités américaines : INVISIBILISER les activistes, les rendre muets pendant une journée entière.

Marion Lagardère démêle le vrai du faux, c'est le Check Info à retrouver sur YouTube, Facebook et Twitter.