Maid - Netflix
Maid - Netflix
Maid - Netflix
Publicité
Résumé

Les fictions parlent de plus en plus de ce sujet, trop longtemps resté tabou.

En savoir plus

Angela Black est le nom de la nouvelle mini-série anglaise sortie ce weekend sur OCS, mais c'est surtout le nom de la femme qu’elle met en avant et dont on suit l’histoire. Angela (Joanne Froggatt) a la quarantaine, vit dans une maison énorme avec son mari sublime et ont deux enfants parfaits. Une vie rêvée sur le papier, sauf qu’il faut se méfier des apparences, car Angela est surtout une victime, une victime de violences conjugales.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une tension permanente

Les 6 épisodes de la série font froid dans le dos. Il y règne une tension permanente qui nous dans la peur constante que vit Angela au quotidien. Dès la première scène, on est pris aux tripes lorsque l'on assiste à un dîner entre amis dans la maison familiale et qu’une fois les invités partis, le mari (Michiel Huisman) va battre sa femme pour une phrase soi-disant "provocante" qu’elle aurait dit. Conséquence : elle va perdre une dent et avoir son visage tuméfié.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La lumière sur les féminicides

La série se mue en thriller lorsqu'Angela fait la connaissance du détective engagé par son mari, censé la suivre, mais qui va choisir de l'alerter et de l'aide. Il lui fait comprendre qu’il faut qu’elle parte avant que son mari ne commette l'irréparable. Sauf qu'évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire. Rappelons qu’en France cette année, on compte 107 féminicides, un chiffre en hausse comparé à l’année dernière. Heureusement, c’est un sujet dont on parle de plus en plus notamment dans les séries, ce qui permet de mettre la lumière sur le calvaire que subissent ses femmes. Angela Black montre à quel point une situation d’emprise peut nuire, à quel point partir est difficile pour une femme battue qui a peur pour sa vie, mais souvent aussi celles de ses enfants eux aussi victimes malgré eux.

Une problématique

Un thème qui fait écho à une mini-série qui a cartonné sur Netflix cette année : Maid. Elle est devenue la mini-série la plus regardée de la plateforme, dépassant même Le jeu de la drame, ce qui prouve que de plus en plus de gens s'intéressent au sujet des violences conjugales. Parce que Maid met aussi en scène une victime, Alex, jeune maman, qui quitte son copain avant qu’il ne devienne violent avec elle. Contrairement à Angela Black où l’on entend les coups dont elle est victime, Maid ne montre pas de violence physique mais la violence psychologique dont sont victimes Alex et sa fille. C’est un parti pris très intéressant qui montre qu’être une femme victime peut aller au delà des coups et que l’emprise commence bien avant ça avec toutes les difficultés que ça implique pour s'en défaire. Il faut savoir qu’en moyenne une femme retourne au moins sept fois auprès de son agresseur.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des fictions au coeur des problématiques

Big Little Lies avait elle aussi mis les violences conjugales en avant via le personnage de Nicole Kidman qui se faisait tabasser par son mari, tout comme Dirty John qui s'attaquait aux violences psychologiques qu'endurait le personnage de Connie Briton. La parole se libère donc de plus en plus via les fictions, comme c'est aussi le cas avec H24 produit par Arte, qui  propose un format plus conceptuel pour parler des violences faites aux femmes. 24 courts métrages, 24 actrices/écrivaines, 24h dans la vie d’une femme, 24 agressions… Les femmes mise en scène récitent un texte qui parle des violences, en traitant aussi bien du lourd dans le bus, au viol, en passant par les féminicides. Un manifeste collectif qui doit aussi être vu impérativement par les hommes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

Programmation musicale

  • 12h04
    Red Eye (feat. TROYBOI)
    Red Eye (feat. TROYBOI)
    JUSTIN BIEBER
    Red Eye (feat. TROYBOI)

    Album Justice (2021)
    Label BMG - DEF JAM
  • 12h10
    Offishal
    Offishal
    AMBIANCE SKANDAL
    Offishal

    Album Offishal (2021)
    Label PLAY TWO

L'équipe

Manon
Manon
Manon Mariani
Production
Manon
Manon