Publicité

Politique : les jeunes plébiscitent la gauche selon une étude de la Fondation Jean Jaurès

Par
Au premier tour de la présidentielle, 36% des 18-24 ans ont voté pour Jean-Luc Mélenchon.
Au premier tour de la présidentielle, 36% des 18-24 ans ont voté pour Jean-Luc Mélenchon.
© Getty - Philippe Lissac / Godong

Dans une étude publiée par la Fondation Jean Jaurès on apprend que les jeunes de 18 à 24 ans ont beaucoup plus voté à gauche que l'ensemble de la population au premier tour de la présidentielle. Une tendance qui se confirme pour les intentions de vote pour le premier tour des législatives.

"Plus les générations sont récentes, plus elles ont des valeurs de gauche", analyse la Fondation Jean-Jaurès qui qualifie l'électorat jeune "de première importance pour la gauche, tant il lui est structurellement favorable", dans une note publiée ce mercredi.  Et ce rapport de force favorable à la gauche s'est "particulièrement vérifié lors du premier tour de la dernière présidentielle", alors que les 18-24 ans ont voté à 36% pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle, 14 points de plus que l'ensemble de la population. 

La gauche en tête des intentions de vote des jeunes pour les législatives

Une tendance qui se retrouve aussi pour les intentions de vote pour le premier tour des législatives (le 12 juin). La gauche, rassemblée derrière la bannière commune de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), est pour l'heure mesurée "à 59% des intentions de vote chez les 18-24 ans et à 44% chez les 25-34 ans" par l'étude, "des chiffres bien supérieurs à ce que l'on constate pour les autres formations politiques".  

Publicité

L'abstention reste très forte chez les 18-24 ans

La fondation Jean-Jaurès rappelle aussi que "les jeunes sont beaucoup plus abstentionnistes que les autres générations". Au premier tour de l'élection présidentielle, 41% des 18-24 ans ne sont pas allés voter, contre 28% d'abstention en population générale. La Fondation Jean-Jaurès estime que "le risque est grand pour la Nupes que cet électorat se démobilise largement entre la présidentielle et les législatives, ce que l'on constate de manière habituelle". C'est donc pour cela que Jean-Luc Mélenchon "tente depuis plusieurs semaines maintenant de politiser et de personnaliser cette élection. Car sans mobilisation massive de cet électorat, la Nupes a une très faible chance de l'emporter", conclut l'étude.