Publicité

Pourquoi Jul est-il un véritable extra-terrestre ?

Par
Jul - capture clip "L'ovni" (William Thomas)
Jul - capture clip "L'ovni" (William Thomas)
- William Thomas

Jul se tue à nous le dire : il vient d’une autre planète. Il est temps d’ouvrir les yeux.

Jul a publié vendredi (3 juin) dernier son énième album (on a arrêté de compter à partir du vingtième). Intitulé Extraterrestre, il développe une fois de plus une thématique chère au rappeur marseillais : son côté OVNI du rap français. Qu’il s’agisse du titre de ses albums (L’Ovni), de ses visuels (Inspi d’ailleurs, Album gratuit Vol.6), de ses clips (Fait d’or, On m’appelle l’ovni), et même de son merchandising, Jul a beaucoup mis en avant les personnages d’E.T et leurs soucoupes volantes. Au-delà de toute cette imagerie, Jul affiche de nombreuses similitudes avec des êtres venus d’une autre planète, voire d’une autre galaxie. Est-il un véritable extra-terrestre ? On a mené l’enquête.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il ne dort jamais

767 albums en moins de dix ans, des freestyles de 40 minutes en radio, plus de 100 singles certifiés, du temps pour des projets collectifs réunissant tout Marseille (13 Organisé) puis toute la France (Classico Organisé), un album de 20 titres entièrement clippé … On a refait les calculs plusieurs fois, et nos résultats sont formels : même en comptabilisant des journées de 20 heures de travail, 365 par an, sans le moindre jour de congé, ni le moindre week-end, il est techniquement impossible d’afficher une telle productivité. Conclusion : Jul ne prend pas le temps de dormir. Il confirme d’ailleurs sur le titre Bientôt j’me taille : “nan, j’dors pas la nuit”.

Publicité

C’est évidemment impossible pour un être humain, le sommeil étant indispensable pour toute espèce soumise au rythme circadien. Jul appartient donc à un autre type de règne, probablement basé sur une biologie différente capable de s’émanciper, au cours de l’évolution, de ses besoins en repos et en sommeil. Un avantage évolutif indéniable pour dominer le rap français, première étape dans un vaste plan de conquête de la galaxie.

Il va aux mariages en survet et en requins

Sérieusement, quel être humain fait ça ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ni la célébrité ni l’argent n’ont le moindre impact sur lui

Que ce soit par la flatterie, la vénalité, l’amour du pouvoir ou l’égo, l’être humain, aussi pur soit-il, finit toujours par être corrompu par le succès. On n’accède pas au statut de superstar, ni à celui de multimillionnaire, sans sacrifier un peu de son âme ou quelques amitiés. Jul est l’exception qui confirme la règle : il n’existe absolument aucune différence entre le rappeur interviewé il y a quelques jours par BFM TV et le rappeur qui roulait en réserve dans sa clio dix ans plus tôt et postait ses freestyles à ses 40 amis sur Facebook.

Il est toujours en claquettes à 20 balles, il roule en trottinette électrique, et il ne compte même pas son argent (“j’ai même pas envie de compter le bénéf"). Même dans son image publique, il fait toujours attention à ne pas donner le mauvais exemple : il fait attention à ce qu’on ne le voit jamais en photo avec une cigarette à la main. Soit Jul a vraiment le cœur le plus pur de tout le showbiz, soit il vient d’une civilisation différente de la nôtre, dans laquelle argent et célébrité n’existent pas. Logique, donc, que ni l’un ni l’autre n’aient le moindre impact sur sa personnalité et sur son comportement.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il passe son temps à nous le dire mais personne ne veut écouter

“Laissez-moi, j’suis d’ailleurs”, “j’ai toujours les yeux vers la lune car j’ai rêvé que je touchais les étoiles”, “on m’appelle l’Ovni”, “appelle-moi E.T”, “j’suis dans un autre monde, loin de vous” … À un moment donné, il faut se rendre à l’évidence : Jul vient d’une autre planète, il nous le répète dans chaque album, il se tue à essayer de nous ouvrir les yeux. Problème : trop ambiancés par ses morceaux, les auditeurs vivent dans le déni, et refusent de prendre en compte ses appels à l’aide. Jul est enfermé dans son rôle de chanteur à succès, et semble condamné à produire indéfiniment des tubes sans que personne ne prenne en compte ce qu’il cherche vraiment à nous dire.

Il est beaucoup trop humain pour être un vrai humain

Les ingénieurs de sa planète, chargés de lui construire une enveloppe biologique humaine, ont fait du zèle : en cherchant à créer un être correspondant en tous points à la notion “humanité”, ils se sont trahis. Beaucoup trop humble pour une superstar (“j’ai acheté une rolex mais je mets la casio”), beaucoup trop généreux pour un multimillionnaire (albums gratuits, NFT offerts, 20 clips d’un coup), beaucoup trop respectueux pour un être humain (“j’regarde jamais ton épouse”), il a été conçu selon un modèle en décalage complet avec l’espèce humaine. Ses réglages manquent cruellement de cupidité, de jalousie, et de haine -des ingrédients indispensables dans l’équation d’un être humain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il collecte des disques d’or comme si c’était du carburant pour rejoindre sa planète d’origine

Personne ne sait vraiment ce que Jul fait de ses centaines de disques d’or et de platine accumulés depuis 2014. Il les empile peut-être pour en faire une réplique de la tour de Pise dans son jardin, à moins qu’il ne les mette directement dans la corbeille “or et métaux précieux” de la poubelle de tri sélectif. Une autre hypothèse existe dans les milieux scientifiques : les soucoupes volantes équipées de moteurs à antimatière utiliseraient les disques d’or, de platine et de diamant comme carburant.

Perdu sur la planète Terre, avec des êtres humains étranges, le pauvre Jul aurait donc entamé une carrière dans le rap pour obtenir suffisamment de carburant afin de rejoindre sa planète d’origine. D’après nos estimations, si son réservoir était à sec à son arrivée à Marseille, il a été rempli à 65/70% (tout dépend s’il voyage en mode éco ou en mode sport). Encore quelques années de succès, et il pourra disparaître du jour au lendemain comme K-Pax ou la carrière de Kevin Spacey.