Publicité

Quel est le meilleur album de Jul ?

Par
Jul - session photo
Jul - session photo
- DR

Difficile de s’y retrouver au sein de l’énorme et incroyable discographie de Jul, on fait donc le point sur ses meilleurs projets.

Avec 26 projets en solo au total, Jul est sans contestation possible la tête d’affiche la plus productive du rap français. Il peut sembler difficile de s’y retrouver au sein d’une discographie aussi fournie, en particulier quand on suit Jul de loin, sans forcément se pencher sur le contenu de chaque album, d’autant que le marseillais a tendance à proposer des tracklists longues avec 20, 30, voire 40 titres. Plutôt variés, ses différents projets oscillent entre titres légers, pur kickage, singles radiophoniques, et morceaux introspectifs. Certains titres ont marqué toute une génération d’auditeurs, d’autres sont restés parfaitement anecdotiques, mais chacun de ses albums a été un carton, dépassant au minimum les 150.000 ventes et décrochant à chaque fois un disque de platine, voire deux, ou trois, et allant même chercher le diamant dans certains cas.

Parmi les 26 projets de Jul (28 si on comptabilise 13 Organisé et Le Classico Organisé), certains ont plus marqué les esprits que d’autres. Est-il possible d’établir un classement au sein de la discographie du rappeur marseillais ? Quel album pourrait être considéré comme son meilleur ? On tente d’établir quelques éléments de réponse.

Publicité

Dans ma paranoïa

Date de sortie : 24 février 2014

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Dans ma paranoïa est l’album avec lequel Jul explose totalement en 2014, et c’est donc celui qui a permis à de nombreux auditeurs de le découvrir. L’aspect sentimental lié à ce sentiment de découverte est donc très important : s’il n’est pas forcément parfait sur la forme, ce projet a une valeur particulière. C’est aussi l’occasion de se rendre compte que Jul a exactement le même discours, la même mentalité, et les mêmes centres d’intérêt qu’aujourd’hui, à une époque où sa carrière n’a même pas réellement débuté.

Sur le plan du contenu, Dans ma paranoïa contient déjà toute la matrice de ce que sera le reste de sa discographie. La production est parfois minimaliste, Jul oscille entre rap pur et dur (Winners), ouverture vers le chant (J’oublie tout), singles qui cartonnent (Cross Volé, Dans ma paranoïa), moments de grâce (Dans mon del), et reprises de vieux tubes dance, à une époque où personne n’ose le faire (Mon son vient d’ailleurs).

Les objections possibles :

Dans ma paranoïa ne peut pas être considéré comme le plus abouti ; une partie de l’univers de Jul n’est pas encore en place (les Ovnis) ; certains titres peuvent paraître datés sur la forme, comme N’importe quoi, avec une prod qu’on n’imagine pas sur un album en 2021, et son utilisation de l’autotune parfois approximative.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

My World

Date de sortie : 4 décembre 2015

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Il s’agit tout simplement de l’album le plus vendu de la discographie de Jul, le premier à être allé chercher un disque de diamant (Émotions et L’Ovni n’en sont plus très loin). My World, c’est un peu le blockbuster absolu de Jul : la moitié de la tracklist est constituée de tubes qui résonnent encore aujourd’hui, comme En Y, Wesh Alors, Amnesia, Comme d’hab … Même des titres plus sombres, comme Dans l’Appart, mis en avant en tant que singles, ont permis de convaincre certains détracteurs. En plus d’être son album le plus populaire, My World est donc peut-être aussi son projet le plus abouti, le moins inégal, et le plus personnel, à l’image de titres comme C’est Réel ou Ils m’ignorent, dans lesquels Jul se dévoile beaucoup.

Pour la petite histoire, c’est aussi le fameux album à avoir été enregistré dans une cabane isolée, ce disque de diamant est donc un joli symbole de la mentalité de Jul, selon qui on peut faire beaucoup avec très peu de moyens et beaucoup d’envie. Pour couronner le tout, My World est sorti face à une concurrence énorme (Booba, Rohff, Nekfeu) et a écrasé tout le monde avec des chiffres largement supérieurs. Enfin, cet album est important pour une dernière raison : c’est le premier sorti sous la bannière D’Or et de Platine, après pas mal de complications avec son ancien label, Liga One Industry.

Les objections possibles :

L’album le plus vendu d’un artiste n’est jamais le meilleur dans l’absolu, c’est simplement celui qui a su trouver les clés pour toucher un public plus large.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Album gratuit Vol.2

Date de sortie : 15 septembre 2016

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Parce qu’il est gratuit, et que c’est toujours meilleur quand c’est gratuit. C’est aussi un projet qui a particulièrement marqué les fans du Jul kickeur, avec une part importante de la tracklist consacrée au rap pur et dur : Agis ou ferme tgl, Les jaloux m’écoutent, Dans le gamos … Cet album gratuit vol.2 a d’ailleurs une dimension de véritable mixtape, avec des titres sur lesquels Jul expérimente sur le plan du flow, avec des intonations jamais entendues sur ses albums, à l’image des titres Et ouais ou Askip. On apprécie donc énormément d’entendre Jul sortir de ses zones de confort et se lancer sur des productions différentes de ses habitudes.

Enfin, on peut rappeler que le single Tchikita est originellement issu de cet album gratuit, avant de se retrouver intégré en bonus track sur l’album suivant, L’Ovni. Ce qui est donc potentiellement le plus gros tube solo de Jul est tiré d’un album gratuit sans la moindre prétention.

Les objections possibles :

En tant que projet intermédiaire publié pour faire patienter le public entre deux vrais albums, ce volume 2 peut difficilement être mis en concurrence avec des grosses machines comme L’Ovni, Émotions ou La Zone en Personne.

L’Ovni

Date de sortie : 2 décembre 2016

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Un an après le carton fou de My World, et 6 mois seulement après Émotions, qui a démarré sur les mêmes standards, on imagine que Jul va finir par ralentir. Finalement, L’Ovni devient le plus gros démarrage de sa carrière, et le deuxième plus gros de l’année après Deux Frères de PNL. Sur le plan du contenu, le marseillais apparaît libéré comme jamais : les problèmes de la vie sont moins présents dans ses textes, et surtout, il donne enfin l’impression de s’amuser, de se lâcher, à l’image du single On m’appelle L’Ovni et de son clip plein de légèreté. Globalement, l’ambiance générale du projet est moins sombre.

Les objections possibles :

C’est l’un des projets de Jul qui laisse le moins la place au rap pur et dur. Fatalement, ce n’est pas celui qu’il faut faire écouter à quelqu’un qui aurait du mal à considérer Jul comme un bon kickeur, L’Ovni faisant plutôt la part belle aux morceaux chantés et aux rythmiques rapides typiques de ses titres légers.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La zone en personne

Date de sortie : 7 décembre 2018

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Pour la générosité de Jul, qui s’en veut d’avoir publié un seul album en 2018 (Inspi d’ailleurs, en juin), et de n’avoir offert aucun album gratuit à son public, et qui décide donc de balancer un bon gros 40 titres en fin d’année. Evidemment, c’est un projet sur lequel il faut faire du tri en fonction de ses sensibilités d’auditeur, mais c’est aussi celui sur lequel la palette de Jul est la plus large : hymne 100% street (La Zone en personne), titres dansants (Chiron), long kickage de 7 minutes sur une prod minimaliste (Sangoten), gros singles (Poussette), petite balade sous autotune (Dors petit dors), posse-cut (VNTM), et même guitare-voix expérimental (En quarantaine). Jul est un rappeur qui varie énormément les ambiances, et La Zone en personne en est la meilleure démonstration.

C’est aussi un projet dans lequel le marseillais évoque énormément la gente féminine, et donc un album important pour comprendre sa mentalité et ses aspirations sentimentales.

Les objections possibles :

Avec 40 titres et énormément d'ambiances différentes, La zone en personne est un projet légèrement inégal, qui ne peut pas plaire à tout le monde. A vouloir être généreux, Jul peut donner l’impression de s’éparpiller, et de manquer de concision. On peut aussi considérer que certaines prises de risque (Dors petit dors, En quarantaine) ne sont pas vraiment payantes, ou auraient nécessité un traitement différent.

La Machine

Date de sortie : 19 juin 2020

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

Parmi les projets récents de Jul, La Machine a particulièrement marqué les esprits, avec des titres percutants dans différents styles. Folie est un gros carton très clivant qui reprend un tube populaire des années 80 ; Italia et Sousou sont des singles ensoleillés au format classique mais extrêmement efficaces ; les titres rap sont toujours présents (Fait d’or, J’suis pas parti). Ce sont surtout les featurings qui s’avèrent payants : la présence de Nessbeal est un véritable évènement ; celle de Jimmy Sax aussi, d’une autre manière ; la prestation de Doria fait réagir très positivement les réseaux sociaux ; et Big Flo et Oli font du Big Flo et Oli.

S’il ne révolutionne pas sa discographie avec ce vingtième projet, Jul surprend tout de même par sa capacité à proposer toujours de nouvelles choses. Sur La Machine, on ressent particulièrement l’équilibre entre l’expérience d’un artiste qui a sa formule et sait comment fonctionne son public, mais qui continue de rapper à l’instinct, sans se poser trop de questions.

Les objections possibles :

Jul a les qualités de ses défauts, ou les défauts de ses qualités : avec La Machine, il reste fidèle à lui-même, mais ne révolutionne rien. Difficile, donc, de conclure que son meilleur projet puisse être le vingtième, si cet album n’apporte rien de particulièrement nouveau.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Album gratuit volume 6

Date de sortie : 26 février 2021

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

C’est l’album gratuit le plus solide de la série, et la majorité des titres auraient très largement leur place sur de véritables albums : Carré d’As, Ca me guintche, C’est ça la vie, Ovni Présent, Moi, À l'Impro … Sur ce titre en particulier, Jul rompt complètement avec sa production habituelle et propose une nouvelle couleur, sur une prod que d’autres ont également tenté d’apprivoiser. Au-delà de ces titres percutants, l’album gratuit volume 6 a le grand mérite d’être l’un des projets les plus concis de Jul : seulement 14 pistes, et surtout, très peu de titres dispensables, là où des albums de 40 morceaux connaissent forcément leurs moments de creux.

Les objections possibles :

Comme pour le volume 2, on peut toujours considérer qu’un album gratuit, a fortiori publié sous la forme de deux EP consécutifs, ne peut pas rivaliser avec de véritables albums, théoriquement plus ambitieux. Par ailleurs l’album gratuit volume 6 n’a pas vu l’un de ses titres exploser et porter l’ensemble du projet vers le haut, contrairement par exemple au vol.2, qui comptait Tchikita dans sa tracklist, ou du vol.1, sur lequel on retrouvait le mythique Jack Miel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

13 Organisé

Date de sortie : 9 octobre 2020

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

C’est une entreprise historique, qui a permis à Jul de changer de statut : avec cet album, il est devenu une figure fédératrice, réunissant toute une ville malgré les dissensions, et créant un lien fort entre les générations, toutes réunies sous la bannière marseillaise. A lui seul, le single Bande Organisée a battu tous les records, tous genres confondus, et a constitué l’un des plus beaux coups de la carrière de Jul. On peut bien sûr imputer la réussite de ce projet aux nombreux artistes présents tout au long de la tracklist, mais c’est bien Jul qui a réalisé l’ensemble et permis cette réunion de rappeurs, en plus d’être présent sur chacun des 13 titres (14 si on ajoute le bonus track).

Les objections possibles :

Ce n’est pas un solo, c’est une aventure collective avant d’être une réussite personnelle, et on peut donc difficilement le classer numéro 1 des albums de Jul.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Indépendance

Date de sortie : 10 décembre 2021

Pourquoi c’est potentiellement le meilleur :

C’est le dernier en date, et il illustre plutôt bien l’inclinaison artistique de Jul sur ses derniers projets, avec beaucoup de rap, des couplets denses, des prods qui reviennent aux codes des années 90 (Dans la cour, Que la vérité), et même du storytelling (Boulevard des problèmes). Que ce soit sur les projets collectifs ou en solo, on sent que Jul a très envie de kicker cette année, et même s’il ne délaisse pas totalement les rythmiques qui ont fait son succès, il livre avec Indépendance l’un de ses projets les plus orientés rap.

On apprécie également de voir que malgré les gros featurings réalisés sur le Classico Organisé ou ailleurs, Jul ne mise quasiment que sur lui-même pour porter ses albums, n’invitant en featuring que des noms assez peu exposés médiatiquement (hormis Naps).

Les objections possibles :

Il n’est sorti que depuis quelques jours, il est donc trop tôt pour livrer un jugement définitif.