Publicité

Rohff : ce qu'on attend de son 10ème album

Par
Rohff - session photo à Paris en 2021
Rohff - session photo à Paris en 2021
© AFP - Joel Saget

Quelques jours avant la sortie de son nouveau projet, on fait le point sur la carrière de Rohff et surtout ce qu'on attend de son 10ème album solo.

Rohff a frappé fort en fin de semaine dernière avec la sortie de Legend, un premier single énervé et de bonne augure, à deux semaines de la sortie de son dixième album. La prod énergique du duo Keno Beats - Raiden Wins, les références aux vieux classiques (Turbo diesel, sport, injection), le gros couplet de Jul, ont conquis la majorité des auditeurs, d’autant que l’annonce de la présence du marseillais sur la tracklist avait surpris. On a donc de bonnes raisons d’espérer un album à la hauteur du talent de Rohff.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La discographie du rappeur de Vitry-sur-seine s’appuie sur de gros classiques du rap français (La Fierté des Nôtres, Le code de l’honneur), sur des albums plus clivants (La Cuenta, PDRG), et des projets qui auraient mérité meilleur accueil (Le cauchemar du rap français, Surnaturel). On attend donc de comprendre où se situera ce nouvel album au sein de cette liste. En attendant, on fait le point sur ce que l’on en sait, et sur ce que l’on en attend.

Publicité

Ce que l’on sait :

Le titre : Grand Monsieur

La date de sortie : le 10 décembre

Le format : double-album, 26 titres

Les featurings : Jul, Imen ES, Tayc, Dadju, Gims, Guè Pequeno, Goulam, Naps

Les titres déjà dévoilés : Legend feat Jul, Enemy, Sécurisé feat Dadju

Et enfin, la cover :

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ce que l’on attend :

Un Rohff énervé, de l’égotrip

S’il y a bien un registre sur lequel Rohff est injouable, c’est l’égotrip. C’est à ce petit jeu qu’il a signé quelques-uns de ses titres les plus marquants : Ce son c’est la guerre, J’rappe mieux qu’toi, Le son d’la hagra, Le Pouvoir, etc. On espère donc l’entendre à nouveau sur ce type de morceau offensif, d’autant qu’on sent se développer chez lui depuis quelques années un côté revanchard. Marginalisé par une partie du milieu rap pendant une longue période pour des raisons politiques, Rohff a toutes les raisons d’en vouloir à ces têtes d’affiche qui ont détourné le regard plutôt que de lui afficher de la sympathie. On pourrait donc avoir droit à quelques moments de pure violence au micro -en tout cas, on l’espère.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

De l’humour

Ca ne saute pas forcément aux yeux, mais Rohff est un rappeur avec un grand sens de l’humour, on peut par exemple citer Ca fait plaisir ou Arrête ta flûte, en plus de quantité de punchlines franchement drôles dans des titres au registre moins léger. Sur un projet au format aussi long (26 pistes), on espère donc qu’il prendra le temps de se lâcher sur certaines thématiques : le comportement humain, les rapports hommes-femmes, le milieu de la musique …

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pas de clashs

Rohff s’est montré efficace sur certains diss-tracks (El Padre) mais sur la longueur, répondre aux clashs ne lui a pas forcément été très bénéfique. Le rappeur du 94 n’a jamais semblé aussi bien que lorsqu’il avait choisi de ne plus répondre sur les réseaux sociaux, donnant le sentiment d’avoir tourné une page et mûri. Relancer la machine n’aurait pas forcément grand intérêt pour lui, même si les piques à son encontre vont forcément fuser à la sortie de son album.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des morceaux à thèmes

La moitié des albums de Rohff sont des double-albums. Pour expliquer sa productivité, le rappeur a proposé une explication bien à lui à l’époque de La Fierté des Nôtres : “j’ai fait un double-album parce que j’suis un gogol qui s’ennuie”.  Au delà de cette justification (clairement la meilleure possible), la raison pour laquelle Rohff produit des albums aussi longs est ailleurs : pendant longtemps, il est resté l’un des rappeurs les plus complets du plateau, aussi à l’aise sur un égotrip que sur un long texte introspectif, ou un single radiophonique. Il s’est régulièrement distingué sur des morceaux thématiques, avec une capacité à tenir un angle sur toute la durée du texte et à l’exploiter de la bonne manière. On espère donc l’entendre à nouveau développer certains sujets sur ce nouvel album, avec son regard de quarantenaire et le recul de ses 25 ans de carrière.

Des bons choix de prods

Sur les derniers projets en date de Rohff, les critiques se sont plutôt orientées sur le choix des prods, moins impactantes que sur des albums comme La Fierté des Nôtres ou le Code de l’Horreur. A l’époque, le rappeur du 94 faisait des choix forts, n’hésitait pas à revisiter l’esprit de scènes devenues minoritaires et à les imposer en dépit de la tendance (la période westeuse). Rohff a vu le rap français évoluer sur le plan des sonorités ces dernières années, sans forcément chercher à courir après la nouveauté. Sur un format 26 titres, on peut s’attendre à un large éventail de prods, en espérant retrouver le même équilibre entre les époques que sur le single Legend.

De l’orgueil

Ok, on a toujours envie de se dire qu’il a mûri, qu’il a gagné en sagesse, qu’il a exorcisé tous ses démons … mais quand même : Rohff n’est jamais meilleur que quand il laisse son côté orgueilleux prendre le dessus. Malgré les difficultés ou le manque de soutien dans le milieu du rap, le vitriot est toujours là, prêt à publier un dixième album, 22 ans après le premier. On espère donc qu’il a conservé un esprit de revanche et qu’il aura un peu de haine à cracher au micro, sur ce fragile équilibre entre le “plus rien à prouver” et le “bien envie de tout prouver quand même”.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des singles moins calibrés

Ces dernières années, Rohff a tenté de se maintenir avec des singles radiophoniques dont les codes ne correspondaient pas forcément à la tendance du moment. Depuis, les choses ont évolué de manière surprenante : ce n’est pas le rappeur qui a eu besoin de s’adapter au style de la nouvelle génération, mais bien les sonorités qui ont fait un retour en arrière. Retour du kickage, couplets plus longs, rythmiques boom-bap, retour en grâce des chanteuses RnB : le rap français revient à certains codes des années 90-2000. Rohff se retrouve donc presque sans le vouloir en phase avec la tendance. On attend donc d’autres extraits pour comprendre sur quel type de singles le rappeur souhaite s’engager, mais le contexte global du rap français le met plutôt dans des bonnes conditions.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Que ce ne soit pas le dernier

Dix albums, c’est un joli nombre tout rond, et ça sonne plutôt bien. Il serait cependant dommage qu’un rappeur d’un tel calibre s’arrête, d’autant que ses dernières prestations en date, que ce soit sur le Classico Organisé, ou sur son featuring avec Jul, ont démontré qu’il en avait encore sous le coude. De nombreux indices, comme la liste des featurings de Grand Monsieur, ou encore son apparition dans Validé aux côtés de têtes d’affiche actuelles, laissent à penser que l’ostracisation de Rohff est de l’histoire ancienne. Ce nouvel album pourrait donc à la fois refermer une page, et en ouvrir une nouvelle.