Publicité

Trump attaque LeBron James en plein meeting

Par
LeBron James - match Lakers Vs Nuggets (AAron Ontivero) + Donald Trump - meeting à Indiana State (Joey Foley)
LeBron James - match Lakers Vs Nuggets (AAron Ontivero) + Donald Trump - meeting à Indiana State (Joey Foley)
© Getty

Lundi 2 novembre, lors d’un meeting près de Scranton (Pennsylvanie), Donald Trump s’en est pris directement à LeBron James, star de la NBA.

Dans les dernières heures de sa campagne, Donald Trump montre ce qu’il sait se faire de mieux : des ennemis. Particulièrement lorsqu’ils soutiennent son adversaire démocrate Joe Biden. Après Lady Gaga, Beyoncé ou Jay Z, c’est donc LeBron James qui a subi les foudres de l’actuel hôte de la Maison Blanche. En effet dans l’Etat de Pennsylvanie, décisif dans la course à la présidence car il est considéré comme un “swing state” (Etat au vote indécis et qui peut changer de camp au gré des scrutin), le président sortant a frontalement attaqué le basketteur :

"Je suis vraiment désolé pour LeBron, a-t-il lâché ironiquement. Je n'ai pas regardé la moindre action. Quand ils ne respectent pas notre pays, quand ils ne respectent pas notre drapeau, personne ne veut regarder. Personne !" Alors qu’il s’apprêtait à enchainer sur la NFL (le championnat nord-américain de football US) et la baisse des audiences, il a été interrompu par ses supporters qui ont repris en chœur le slogan “Lebron James sucks” ("LeBron James craint"). 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La star des Los Angeles Lakers, qui a publiquement pris position pour le mouvement Black Lives Matter, n’a d’ailleurs jamais caché ses critiques contre le 45ème président des Etats-Unis, plus proche de Barack Obama avec qui il partage son goût du panier à trois points. On rentre dans la quatrième période de l’élection américaine, il est temps que le match se termine.