Publicité

Violences policières : une enquête ouverte contre le policier filmé en train de matraquer un manifestant

Par
Des policiers évacuant la place de la République, le 30 janvier 2021, à Paris. (Maxime Gruss / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP)
Des policiers évacuant la place de la République, le 30 janvier 2021, à Paris. (Maxime Gruss / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP)
© AFP

Une vidéo montrant un commissaire de police frapper à plusieurs reprises une personne manifestant contre la loi de "sécurité globale", samedi 30 janvier, a fait scandale. La préfecture de police de Paris a ouvert une enquête interne.

La scène s’est déroulée samedi 30 janvier, en fin d’après-midi, à Paris. Alors que la police fait évacuer la place de la République où étaient regroupés plusieurs manifestants opposés à la loi de "sécurité globale", un commissaire est filmé par Rémy Buisine en train de matraquer un homme presque à terre. Une enquête interne a été ouverte à l’encontre du fonctionnaire de police, à la demande du préfet de police de Paris, Didier Lallement, révèle franceinfo.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un policier déjà bien connu de sa hiérarchie

Dans les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, on voit le commissaire de police frapper plus d’une dizaine de fois le manifestant, qui parvient finalement à s’échapper. Le policier va être entendu par sa hiérarchie directe

Publicité

StreetPress a détaillé le CV peu reluisant de ce commissaire, qui est le responsable de la Brigade de répression de l'action violente motorisée (la BRAV-M), chargée d’intervenir rapidement lors des manifestations. Cette unité de la police fait l’objet de très nombreuses critiques pour ses éclats de violence. L’enquête à l’encontre du policier a été ouverte dimanche 31 janvier. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.