Publicité

Voilà comment se transmet le coronavirus lors d'un buffet à volonté

Par
Un buffet à volonté... - Horacio Villalobos#Corbis/Corbis via Getty Images
Un buffet à volonté... - Horacio Villalobos#Corbis/Corbis via Getty Images
© Getty - Horacio Villalobos#Corbis/Corbis via Getty Images

Des scientifiques japonais ont mis au point une expérience montrant la vitesse de propagation du virus lors d'un repas sous forme de buffet... Conclusion: lavez-vous les mains !

Puisqu'une vidéo vaut mille mots, la NHK World, le seul diffuseur radio et TV public du Japon, a imaginé avec des experts une expérience nous permettant de prendre conscience de l'importance des gestes barrières. L'expérience se déroule pendant un repas sous forme de buffet, un classique des restaurants, 10 personnes participent et une personne est porteuse du virus, celui-ci est matérialisé par :

"Un liquide, visible uniquement sous ultraviolets, placé dans la main d’un participant. Il représente le coronavirus qui pourrait être présent si cette personne avait éternué dans sa main sans la laver ensuite".

Publicité

Tous les convives se servent, se déplacent, mangent.... Puis, 30 minutes plus tard, une lumière UV est utilisée, ce qui permet, un peu comme lors des scènes de crimes pour identifier les traces de sang, de voir l'étendue des dégâts ... Le virus est partout : sur les couverts, sur les pinces, sur les assiettes et même sur les visages des participants.

On vous laisse constater par vous-même :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le rapport précise que quand les employés du restaurant servaient la nourriture, changeaient fréquemment les pinces, et encourageaient les clients à se nettoyer fréquemment les mains, la surface des mains contaminée par le "liquidovirus" était réduite d'un tiers et personne n'en avait sur le visage.

Le professeur Hiroyuki Kunishima de l'école de médecine de l’Université St. Marianna a déclaré : 

"Les zones qui sont le plus touchées par le plus grand nombre de personnes sont appelées surfaces à fort contact et peuvent être dangereuses. J'espère qu'ils seront conscients des risques et qu'ils prendront des mesures."  

Vous ne direz plus jamais "Passe moi le sel" comme dans le monde d'avant...

1 min