Charles Burns

Illustrateur

En savoir plus
Charles Burns en 2006 à New York
Charles Burns en 2006 à New York
Boomerang
32 min
Ghouls’ Night - The New Yorker - 100 exemplaires numérotés et signés (50 x 64 cm)
Ghouls’ Night - The New Yorker - 100 exemplaires numérotés et signés (50 x 64 cm)
59 min
Charles Burns, Autoportrait
Charles Burns, Autoportrait
26 min
Spéciale Charles Burns et "Paysage après la bataille"
Spéciale Charles Burns et "Paysage après la bataille"
59 min
Dessin de Matthieu Bonhomme, hommage au trait de Charles Burns
Dessin de Matthieu Bonhomme, hommage au trait de Charles Burns
28 min
Un Autre Jour est possible carré
Un Autre Jour est possible carré
28 min
France Culture
France Culture

En savoir plus

Charles Burns Illustrateur

Charles Burns grandit dans les années 1960, sous l’influence du magazine satirique Mad , des films de monstres de Roger Corman et des séries à suspense que commence alors à proposer la télévision. On retrouvera ces sources d’inspiration dans son style étrange et immédiatement identifiable, fait de froideur et de sensualité, de hachures crantées et de noirs poisseux. C’est en 1981, au hasard d’une séance de zapping qu’il découvre à la télé un catcheur mexicain dont il s’inspire pour créer son héros le plus fameux, le patibulaire et sympathique El Borbah. Révélé dans les pages de Raw , la mythique revue d’avant-garde dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly, Charles Burns devient en quelques années l’un des auteurs majeurs du 9e Art. Se partageant entre l’illustration et la bande dessinée, il s’est fait, avec des oeuvres comme Big Baby et Black Hole , le chroniqueur d’une Amérique plus proche des Enfers que du Purgatoire.