Dizzy Gillespie

Trompettiste, compositeur et chef d’orchestre américain (1917, Cheraw – 1993, Englewood)

Biographie
Crédit photo : Photo - Dizzy Gillespie
Photo - Dizzy Gillespie
Photo - Dizzy Gillespie

Toute l'actualité

Dizzy Gillespie
Dizzy Gillespie
1h 00
Dizzy Gillespie
Dizzy Gillespie
1h 01
1942, le trompettiste Dizzy Gillespie rejoint l’orchestre de Benny Carter.
1942, le trompettiste Dizzy Gillespie rejoint l’orchestre de Benny Carter.
58 min
.
.
Retour de plage
1h 55
Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Alexandre Madeline (sax), Christophe Dilys (trp), Timothée Bakoglu (piano)
Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Alexandre Madeline (sax), Christophe Dilys (trp), Timothée Bakoglu (piano)
8 min
The Giants of Jazz
The Giants of Jazz
1h 00
The Giants of Jazz
The Giants of Jazz
1h 00
Verneri Pohjola
Verneri Pohjola
55 min
Dizzy Gillespie / Stan Getz
Dizzy Gillespie / Stan Getz
Sony Rollins
Sony Rollins
55 min

Biographie

Photo - Dizzy Gillespie
Photo - Dizzy Gillespie
Dizzy Gillespie Trompettiste, compositeur et chef d’orchestre américain (1917, Cheraw – 1993, Englewood) Avec Miles Davis et Louis Armstrong, Dizzy Gillespie est l'un des plus importants trompettistes de l'histoire du jazz. Il figure parmi les musiciens fondateurs du style « be-bop », et fonde ensuite son propre style de jazz aux rythmes et influences latino-américaines.

Il est initié à la musique à l’âge de quatre ans, et se voit offrir une bourse pour les étudiants en musique au prestigieux Laurinburg Institute en Caroline du Nord. Il quitte prématurément cette institution en 1935 afin de devenir musicien professionnel à Philadelphie. Influencé par Roy Eldridge, Dizzy Gillespie remplace ce dernier dans le « Teddy Hill Band » après son départ. Ses expérimentations musicales lui valent l’attention du fameux trompettiste (et futur « père » musical de Dizzy Gillespie) Mario Bauza, fondateur du jazz afro-cubain et membre à cette époque du Cap Calloway Orchestra en 1939 Gillespie lui-même intègre l’orchestre de Cap Calloway. Malgré ses talents musicaux, Calloway apprécie peu la « musique chinoise » des solos de Gillespie, et il se fait renvoyer deux ans plus tard suite à une altercation avec Calloway (les deux musiciens deviendront plus tard de grands amis jusqu’à leur mort). Dizzy Gillespie joue alors dans diverses formations, notamment celle de Duke Ellington.

En cherchant son propre style, Gillespie développe ses propres éléments musicaux tels que la vitesse et l’acrobatie musicale, et surtout des harmonies originales. Fier de son héritage afro-américain, il s’en sert dans sa musique et fusionne toutes les formes musicales enracinées dans la culture africaine telles que la musique de Cuba, de l'Amérique latine et des Caraïbes. Il fusionne le jazz afro-américain avec les rythmes afro-cubains afin de forger un son souvent nommé « cu-bop ». Par un son et un style original, en particulier par sa trompette au pavillon incliné vers le haut, Dizzy Gillespie se voit progressivement associé aux plus grands musiciens de jazz de l’époque tels que Thelonious Monk, Milt Jackson, John Coltrane, et Charlie « Bird » Parker, avec qui il monte sur scène dans les clubs de jazz tel que Minton's Playhouse et Monroe's Uptown House.

Il collabore dans les années 1940 et 1950 avec plusieurs compositeurs d’Amérique du Sud tels que le percussionniste cubain Chano Ponzo et le trompettiste cubain Arturo Sandoval, avec lesquels il compose de nombreux « standards » de jazz latino, tels que « Manteca », et « Guachi Guaro ». Il écrit également ses propres standards de jazz be-bop tels que « Groovin' High », « Woody n' You », « Anthropology », « Salt Peanuts », et « A Night in Tunisia ». Au-delà de la composition, Dizzy Gillespie enseigne le style du jazz be-bop à de jeunes musiciens, notamment Miles Davis, Fats Navarro et Max Roach.

Il est engagé en 1956 par le Département d’État américain comme « ambassadeur américain de musique », et effectue des tournées en Europe (surtout à Paris), en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Bien que son dernier enregistrement date de 1977, Dizzy Gillespie poursuit sa carrière en effectuant des tournées et des concerts jusqu'à sa mort en 1993.

Dizzy Gillespie en 6 dates :

1935 - Intègre le Frank Fairfax Orchestra
1953 - Découvre par accident l’effet de la trompette au pavillon incliné vers le haut
1956 - Organise une tournée dans le Moyen-Orient, ce qui lui mérite le surnom « l’ambassadeur du jazz ».
1964 - Gillespie se déclare candidat à l'élection présidentielle aux Etats-Unis
1977 - Rencontre le compositeur et musicien Arturo Sandoval lors d’un séjour à Cuba
2014 - Introduit dans le New Jersey Hall of Fame

Dizzy Gillespie en 6 albums :

1950 - Bird and Diz
1953 - Jazz at Massey Hall (avec Charlie Parker, Bud Powell, Charles Mingus et Max Roach)
1957 - Sonny Side Up (avec Sonny Rollins et Sonny Stitt)
1963 - *Dizzy Gillespie and the Double Six of * Paris
1971 - The Giants of Jazz (avec Art Blakey, Al McKibbon, Thelonious Monk, Sonny Stitt et Kai Winding)
1980 - Digital at Montreux

Biographie de la Documentation Musicale de Radio France (août 2014)

Crédit photo : Photo - Dizzy Gillespie