Dominique Blanc-Francard

Ingénieur du son, Producteur de musique

Biographie

Toute l'actualité

vidéo
"Le Loir-et-Cher" sera pour Michel Delpech le dernier gros tube avant une longue traversée du désert
"Le Loir-et-Cher" sera pour Michel Delpech le dernier gros tube avant une longue traversée du désert
4 min
Françoise Hardy
Françoise Hardy
53 min
Françoise Hardy et Thomas Dutronc
Françoise Hardy et Thomas Dutronc
53 min
Françoise Hardy en 1982
Françoise Hardy en 1982
54 min
Françoise Hardy et Mick Jagger dans les loges de l'Olympia en 1967
Françoise Hardy et Mick Jagger dans les loges de l'Olympia en 1967
54 min
Didier Varrod
Didier Varrod
55 min
France Inter
France Inter
56 min
France Inter
France Inter
54 min
France Inter
France Inter
Pop, etc.
56 min

Biographie

Dominique Blanc-Francard Ingénieur du son, Producteur de musique

Né à Rueil-Malmaison en 1944, Dominique Blanc-Francard a la chance d’avoir un père ingénieur du son ainsi qu’un grand frère futur présentateur : « Mon frère Patrice parlait dans un micro Melodium 55 A. Après quoi nous écoutions nos œuvres en passant la bande à l’envers et nous pensions avoir découvert le langage secret des Martiens ». De 1962 à 1963,Dominique est le bassiste du groupe Les Pingouins . Entre 1970 et 1973, il est ingénieur du son aux studios du Château d’Hérouville (Val d’Oise). Un lieu mythique créé par le compositeur Michel Magne qui invente en 1969 le concept de studio résidentiel où les artistes mangent, dorment et travaillent au château avec un tennis, une piscine et une ambiance psychédélique à leur disposition. Lorsque Dominique, ingénieur du son déjà réputé, s’y installe, la renommée des Studios d’Hérouville devient alors mondiale : « Pendant les trois années passées dans cette épuisante et passionnante aventure, j'aurai eu la chance de rencontrer, d'admirer et d'enregistrer des talents mondiaux tels que Pink Floyd, Elton John, David Bowie, Cat Stevens, T.Rex, des producteurs brillants comme Paul Samwell-Smith, Gus Dudgeon et Tony Visconti, qui m'a montré enfin ce qu'était un vrai son de rock'n'roll ».

Après diverses expériences à Aquarium et Continental Studios (l’un des premiers studios numériques de la planète), Dominique Blanc-Francard connaît une immense réussite en 1992 en tant que réalisateur d’Engelberg de Stephan Eicher , vendu à un million d’exemplaires. Depuis 1996, il affine son talent et son concept sonore au réputé studio Labomatic à Paris : « J’ai la chance de rester intact, d’avoir toujours les mêmes rêves d’enfant, encore des disques d’or et toujours cette passion pour la technologie ».

__

Biographie de la Documentation de Radio France, 02/08/2012