Gisèle Halimi

Avocate et militante féministe

Biographie
Crédit photo : L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978. © AFP - JEAN-CLAUDE DELMAS
L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978.
L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978.

Toute l'actualité

Gisèle Halimi et Delphine Seyrig pendant le procès en 1972 de Marie-Claire Chevalier accusée d'avortement
Gisèle Halimi et Delphine Seyrig pendant le procès en 1972 de Marie-Claire Chevalier accusée d'avortement
Annick Cojean en 2016 au Festival international du livre et film 2016 étonnants voyageurs
Annick Cojean en 2016 au Festival international du livre et film 2016 étonnants voyageurs
33 min
L'avocate Gisèle Halimi en 1974.
L'avocate Gisèle Halimi en 1974.
55 min
Gisèle Halimi
Gisèle Halimi
Gisèle Halimi (1982)
Gisèle Halimi (1982)
8 min
vidéo
Gisèle Halimi en 2004 aux Rendez-vous de l'Histoire
Gisèle Halimi en 2004 aux Rendez-vous de l'Histoire
3 min
Gisèle Halimi dans son bureau à l'Assemblée Nationale le 23 septembre 1996, à Paris, France.
Gisèle Halimi dans son bureau à l'Assemblée Nationale le 23 septembre 1996, à Paris, France.
3 min
"Reconstitution Le procès de Bobigny" d'Emilie Rousset
"Reconstitution Le procès de Bobigny" d'Emilie Rousset
5 min
vidéo
Gisèle Halimi en 1975
Gisèle Halimi en 1975
Gisèle Halimi, pendant sa campagne électorale, Paris, 1975.
Gisèle Halimi, pendant sa campagne électorale, Paris, 1975.
58 min
Gisèle Halimi, Marie-Claire Chevalier et Michèle Chevalier, Bobigny, 1972.
Gisèle Halimi, Marie-Claire Chevalier et Michèle Chevalier, Bobigny, 1972.
59 min

Biographie

L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978.
L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978.
Gisèle Halimi Avocate et militante féministe

Gisèle Halimi est une avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne.

Née en Tunisie française en 1927, dans une famille pauvre, juive, dominée par l’ordre patriarcal, Gisèle Halimi a très tôt fait le nécessaire pour s’affranchir de plusieurs dominations : celle de sa famille, de la religion, des hommes. Adolescente, elle gagne de quoi quitter sa terre natale pour rejoindre Paris en 1945 et y étudier le droit.

Jeune avocate, elle défend les indépendantistes tunisiens et algériens, puis défend des femmes auxquelles l’on reproche d’avoir avorté. Pour atténuer leur peine, il faut évoquer des "circonstances atténuantes", ce qui revient à plaider coupable. En 1971, elle est la seule avocate à signer le Manifeste des 343, car un grand risque de sanctions déontologiques du Barreau pesaient sur elles. Surtout, lors du procès de Bobigny, en 1972, Gisèle Halimi refuse de demander pardon au nom de sa cliente, et fait elle-même le procès de la loi liberticide de 1920 sur l'avortement. Marie-Claire Chevalier, qui a avorté après avoir été violée, est acquittée. C’est une étape importante dans la marche vers la légalisation de l’avortement en 1975.

Les engagements de Gisèle Halimi ont tous une dimension politique forte, mais elle n'a jamais voulu faire de carrière politique, mise à part une brève expérience de la députation au début du septennat de François Mitterrand.

Fondatrice de l’association "Choisir la cause des femmes", Gisèle Halimi témoigne d’un courant du féminisme français caractérisé notamment par la certitude que cette lutte émancipatrice ne peut se passer des hommes.

Elle meurt à Paris le 28 juillet 2020.

Crédit photo : L'avocate Gisèle Halimi, responsable du mouvement féministe "Choisir", donne une conférence de presse à Toulouse, le 17 mars 1978. © AFP - JEAN-CLAUDE DELMAS