Janos Starker

Violoncelliste hongrois naturalisé américain (1924, Budapest – 2013, Bloomington Indiana)

Biographie
Crédit photo : Janos Starker © Getty - Lucian Perkins/The Washington Post
Janos Starker
Janos Starker

Toute l'actualité

Le violoncelliste Mstislav Rostropovitch
Le violoncelliste Mstislav Rostropovitch
Le violoniste Henryk Szeryng a enregistré pour Mercury Living Presence
Le violoniste Henryk Szeryng a enregistré pour Mercury Living Presence
58 min
Janos Starker, violoncelliste exigeant et rigoureux (Budapest, 5 juillet 1924 - Bloomington, 28 avril 2013)
Janos Starker, violoncelliste exigeant et rigoureux (Budapest, 5 juillet 1924 - Bloomington, 28 avril 2013)
58 min
Le violoncelliste Janos Starker en 1988
Le violoncelliste Janos Starker en 1988
1h 58
Le journaliste et critique musical Claude Samuel
Le journaliste et critique musical Claude Samuel
1h 58
Karine Le Bail
Karine Le Bail
59 min
Le concert de 20h carré
Le concert de 20h carré

Biographie

Janos Starker
Janos Starker
Janos Starker Violoncelliste hongrois naturalisé américain (1924, Budapest – 2013, Bloomington Indiana) Virtuose à l’aise dans le concerto comme dans la musique de chambre, Janos Starker est l’un des violoncellistes et musiciens les plus marquants du XXème siècle. Il se décrivait lui-même comme « le seul violoncelliste à geler l’air autour de lui », s’amusant de l’image rigide qu’on lui attribuait souvent.

Janos Starker grandit dans une famille mélomane ses deux frères aînés pratiquent le violon. A l’âge de six ans, il commence l’apprentissage du violoncelle et rentre dans la classe d’Adolf Schiffer à l’Académie de musique Franz Liszt de Budapest. En 1932, il donne son premier concert en public avant de rejoindre l’Orchestre Philharmonique de Budapest  en 1945, où il occupe le poste de violoncelliste solo durant deux années.

En 1946, il quitte la Hongrie et s’installe à Paris  où il donne une série de concerts et de récitals. Il enregistre en première mondiale  la Sonate pour violoncelle seul op.8  de Zoltan Kodaly, enregistrement pour lequel il obtient le Grand Prix du Disque en 1948. La même année il quitte la France pour les Etats-Unis où il intègre d’abord l’Orchestre Symphonique de Dallas - alors dirigé par Antal Dorati -  avant d’accepter le poste de violoncelliste solo du Met que lui propose le chef d’orchestre Fritz Reiner. Il y restera quatre années au terme desquelles il rejoindra l’Orchestre de Chicago.
 En 1958, il reprend une carrière de soliste et choisit de se consacrer aux enregistrements et à l’enseignement  : il intègre l’Indiana Music School de Bloomington  en tant qu’enseignant tout en assumant parallèlement la direction musicale de nombreuses formations symphoniques aux Etats-Unis.   

La discographie  de Janos Starker fait se côtoyer Bach, Dvorak, Messiaen, Schumann mais aussi Bartók et Kodaly, deux compositeurs dont il contribuera largement à faire connaître la musique. Un grand nombre de compositeurs tels que David Baker, Antal Dorati, Bernard Heiden, Jean Martinon, Miklos Roza ou encore Robert Starer lui ont dédié un concerto.
 En musique de chambre, il a notamment collaboré avec Feri Roth, Nicholas Harsanyi et Jenö Antal au sein du Quatuor Roth  mais aussi avec les pianistes Julius Katchen et György Sebök. Janos Starker jouait sur un violoncelle Matteo Goffriller de 1705 baptisé « L’Etoile » et un Guarnerius del Gesu de 1707.

En quelques dates

1948 :  Grave sur 78 tours pour le label Pacific le premier enregistrement mondial de la Sonate pour violoncelle seul  op.89 de Kodaly.  

1950 :  intègre le Quatuor Roth aux côtés de Feri Roth, Nicholas Harsanyi et Jenö Antal.  

1973 :  commence à enseigner au Festival de Lucerne  

1978 :  interprète les Variations sur un thème rococo  de Tchaïkovski avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction d’Albert Rosen. (Salle Olivier Messiaen, Radio France)  

1981 :  reçoit la distinction de Membre Honoraire de la Royal Academy of Music de Londres  

Biographie de la Documentation de Radio France, décembre 2015. 

Crédit photo : Janos Starker © Getty - Lucian Perkins/The Washington Post