Martial Solal

Pianiste, compositeur et chef d’orchestre français (1927, Alger)

Biographie
Crédit photo : Martial Solal © Getty - Jan Persson
Martial Solal
Martial Solal

Toute l'actualité

Jean-Paul Belmondo lors du tournage du film 'Le Magnifique' réalisé par Philippe de Broca en mai 1973 au Mexique. (Photo by Michel GINFRAY/Gamma-Rapho via Getty Images)
Jean-Paul Belmondo lors du tournage du film 'Le Magnifique' réalisé par Philippe de Broca en mai 1973 au Mexique. (Photo by Michel GINFRAY/Gamma-Rapho via Getty Images)
7 min
Elisabeth Chojnacka
Elisabeth Chojnacka
59 min
Martial Solal au Village Vanguard Nightclub de New York (2007)
Martial Solal au Village Vanguard Nightclub de New York (2007)
25 min
Martial Solal
Martial Solal
Martial Solal
Martial Solal
Open jazz
54 min
Martial Solal
Martial Solal
1h 00
Martial Solal
Martial Solal
1h 00
Jean-Luc Godard
Jean-Luc Godard
 Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo  dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard, 1960.
Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo dans A bout de souffle de Jean-Luc Godard, 1960.
Ciné Tempo
58 min
Martial Solal au North Sea Jazz Festival en 1986
Martial Solal au North Sea Jazz Festival en 1986
Macha Gharibian
Macha Gharibian
59 min

Biographie

Martial Solal
Martial Solal
Martial Solal Pianiste, compositeur et chef d’orchestre français (1927, Alger) Martial Solal est de ces musiciens qui savent concilier improvisation et salles de concerts. La richesse de sa carrière et de son œuvre musicale ont fait de lui l'un des pianistes les plus respectés, au-delà même du seul cercle du jazz.

Martial Solal entreprend des études de piano classique à l'âge de six ans jusqu’en 1942, année où il découvre le jazz et notamment les enregistrements de Louis Armstrong, Fats Waller  et Benny Goodman. En 1945, devenu musicien de jazz professionnel, il se produit à l’hôtel Aletti d’Alger et à la radio avant de rejoindre Paris  où il commence sa carrière au sein de plusieurs orchestres. Rapidement sollicité dans les meilleurs clubs parisiens  pour accompagner les solistes américains de passage, il a pour compagnons de concerts Kenny Clarke, Eric Dolphy, Dizzy Gillespie, Django Reinhardt, Stéphane Grappelli ou encore Pierre Michelot.  

Après une expérience parisienne en formation trio-jazz, Martial Solal est invité aux Etats-Unis  en 1963, pour jouer aux côtés de Teddy Kotick  et Paul Motian. Avec eux, il développe l’étendue de son talent d’improvisateur  et d’arrangeur, en s’appropriant les plus grands standards dans une virtuosité et un style très personnel. Martial Solal mettra également ses qualités pianistiques et ses talents d'orchestrateur au service du cinéma en signant dès 1958 sa première musique de film * Deux hommes dans Manhattan*  de Jean-Pierre Melville. La plus célèbre de ses partitions pour le septième art reste à ce jour A bout de souffle  de Jean-Luc Godard. A la fin des années 70, il développe une écriture plus orchestrale  en répondant notamment à différentes commandes  émanant du milieu de la musique classique ou contemporaine.

Sur scène, Martial Solal se produit surtout en soliste, un choix qui favorise les improvisations spontanées de son jeu pianistique. Il affectionne également les formations intimistes en duo  et trio  avec des artistes comme Stéphane Grappelli, Toots Thielemans, Michel Portal, Joachim Kühn, Gary Peacock, Paul Motian, François Moutin, Bill Stewart …
 Martial Solal a animé une émission sur France Musique  dédiée aux pianistes de jazz et en particulier à toute une nouvelle génération de musiciens qui se réclament de son influence, parmi lesquels Manuel Rocheman, Jean-Michel Pilc, Baptiste Trotignon, Franck Avitabile.

En quelques dates 

1945 :  devient musicien professionnel.
1956 :  forme son premier big band avec lequel il enregistre ses propres compositions.
1981 :  forme l’ensemble "Dodécaband", avec lequel il joue dans tous les pays d'Europe.
1994-1997 :  produit une émission hebdomadaire sur France Musique présentant les grands pianistes français ou étrangers de passage à Paris.
 1997 : crée à Radio France, à l'occasion de la Fête de la Musique, le concerto pour piano Coexistence, associant son Dodécaband à l'Orchestre National de France
1998 :  création par la Ville de Paris d'un concours international de piano jazz portant son nom.
1999 :  obtient le « Jazzpar Prize », prix Nobel du jazz, attribué pour la première fois à un français.  

En quelques œuvres

1959 :  bande originale du film A bout de souffle  de Jean-Luc Godard.
1977 : Stress  pour trio de jazz, piano, quintette de cuivres et percussion, composée en collaboration avec Marius Constant.
1987-1988 :  concerto pour claviers et orchestre Nuit étoilée.  

Biographie de la Documentation de radio France, août 2015 

Crédit photo : Martial Solal © Getty - Jan Persson