Radu Lupu

pianiste roumain (Galați, 1945 - Lausanne, 2022)

Biographie
Crédit photo : Radu Lupu en 2017 © Getty - Roberto Serra - Iguana Press
Radu Lupu en 2017
Radu Lupu en 2017

Toute l'actualité

Portrait du pianiste Radu Lupu ( 1945-2022) Complete Decca Solo Recordings (2010)
Portrait du pianiste Radu Lupu ( 1945-2022) Complete Decca Solo Recordings (2010)
1h 00
Radu Lupu (droite) Philippe Cassard (gauche)
Radu Lupu (droite) Philippe Cassard (gauche)
1h 58
Les pianistes Radu Lupu et Nicholas Angelich
Les pianistes Radu Lupu et Nicholas Angelich
5 min
Radu Lupu, pianiste (Galați, 30 novembre 1945 – Lausanne, 17 avril 2022)
Radu Lupu, pianiste (Galați, 30 novembre 1945 – Lausanne, 17 avril 2022)
59 min
Depuis lundi soir, les hommages aux deux grands pianistes essaiment sur les réseaux sociaux
Depuis lundi soir, les hommages aux deux grands pianistes essaiment sur les réseaux sociaux
Le pianiste américain Nicholas Angelich vient de nous quitter à l'âge de 51 ans
Le pianiste américain Nicholas Angelich vient de nous quitter à l'âge de 51 ans
29 min
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
6 min
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
17 min
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
Les pianistes Radu Lupu & Nicholas Angelich viennent de nous quitter
1h 59
Les répertoires fétiches de Radu Lupu : Schumann, Brahms, Beethoven, Mozart ou encore Schubert.
Les répertoires fétiches de Radu Lupu : Schumann, Brahms, Beethoven, Mozart ou encore Schubert.
Le pianiste Radu Lupu
Le pianiste Radu Lupu
58 min
Le pianiste roumain Radu Lupu lors d'un concert à Bologne en 2017
Le pianiste roumain Radu Lupu lors d'un concert à Bologne en 2017
1h 58

Biographie

Radu Lupu en 2017
Radu Lupu en 2017
Radu Lupu pianiste roumain (Galați, 1945 - Lausanne, 2022) Interprète inspiré de Schubert, Beethoven, Schumann et Brahms, ou encore Mozart, l'immense pianiste originaire de Roumanie avait le don de transmettre une grande palette d'émotions par son jeu délicat.

Né à Galatsi en Roumanie, le 30 Novembre 1945, Radu Lupu commence à prendre des leçons de piano à l'âge de six ans. A douze ans, il donne son tout premier concert, avec au programme uniquement des pièces de sa propre composition. Chaque semaine, l'une de ses professeurs l’emmène aux concerts de l’orchestre local, où il observe, absorbe et apprend. Lui-même conférera plus tard à sa formation un caractère autodidacte, même s’il étudie dans la classe de la professeure du pianiste Dinu Lipatti, à Brasov. À 15 ans, Radu Lupu découvre avec fascination le pianiste Glenn Gould. Le jeune Radu se met alors à collectionner tous ses disques, tentera de l’imiter, et Gould lui inspirera d'ailleurs son propre style : faire beaucoup en peu de gestes. D'ailleurs, il n'utilise jamais le tabouret, préférant s'assoir sur une simple chaise à dossier.

À 16 ans, il décroche une bourse pour partir étudier au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Il suit d'abord les cours d‘une grande pédagogue du piano, Galina Eguiazarova. Radu Lupu étudie ensuite dans la classe du célèbre professeur Heinrich Neuhaus, puis de son fils, Stanislav. Entre 1967 à 1970, il remporte le Premier Prix du concours Van Cliburn, où la pianiste espagnole Alicia de Larrocha, membre du jury, déclare que c’est un génie, suivi d'un premier prix au concours International de pianoforte de Leeds et le premier prix du concours Enesco, à Bucarest.

Sa carrière est lancée. Radu Lupu fait ses débuts aux États-Unis avec l'Orchestre de Cleveland, sous la baguette de Daniel Barenboim, ainsi qu'avec l'Orchestre symphonique de Chicago et le chef Carlo Maria Giulini. Il se produit aussi avec l'Orchestre symphonique de San Francisco en 1974, où il interprète le Concerto pour piano de Grieg, dirigé par Seiji Ozawa.

Ses répertoires fétiches : Schumann, Brahms, Beethoven, Mozart ou encore Schubert. "Fouiller, approfondir Mozart, Beethoven ou Schubert, on en a pour toute une existence" , confiait le pianiste discret, qui n’aimait pas beaucoup être enregistré, ni donner d’interviews, malgré l'accueil toujours très positif de ses interprétations gravées sur disque aussi bien par le public que la critique. Depuis 1995, il refuse d'enregistrer pour le disque, à l'exception d'un programme Schubert pour piano à quatre mains gravé avec Daniel Barenboïm (Teldec). Fin interprète de la musique de chambre, Radu Lupu a régulièrement joué avec, entre autres, le violoniste Szymon Goldberg , la soprano Barbara Hendricks et le pianiste Murray Perahia. Il est également célèbre pour des interprétations d'œuvres des compositeurs tchèque Leoš Janáček et hongrois Béla Bartók .

Mais depuis 1995, il refuse d'enregistrer pour le disque, à l'exception d'un programme Schubert pour piano à quatre mains gravé avec Daniel Barenboïm (Teldec).

Radu Lupu a également participé à d'importants partenariats de musique de chambre avec, entre autres, le violoniste Szymon Goldberg , la soprano Barbara Hendricks et le pianiste Murray Perahia .

Radu Lupu en cinq dates

  • 1967 Premier prix au concours Van Cliburn
  • 1969 Premier prix au concours International de pianoforte de Leeds
  • 1970 Premier prix du concours Enesco à Bucarest
  • 1972 débuts aux États-Unis
  • 2006 : prix Arturo Benedetti Michelangeli

Radu Lupu en cinq enregistrements

  • 1973 : version très personnelle des Sonates n° 8, 14 et 21 de Beethoven abordées dans un tempo très lent
  • 1983 il enregistre les deux séries de quatre Impromptus de Franz Schubert (opus 90 et 142)
  • 1984 il enregistre avec Murray Perahia une version mémorable de la Fantaisie en fa mineur de Schubert
  • 1995 Edison Award pour son enregistrement de Schumann, Kinderszenen, Kreisleriana and Humoresque
  • 1996 Grammy Award pour son enregistrement de Franz Schubert, Sonate pour Piano en Si bémol majeur et La majeur.
Crédit photo : Radu Lupu en 2017 © Getty - Roberto Serra - Iguana Press