• Fréquences
  • Accès
  • Contact

BEETHOVEN/PIERRE HENRY - DIXIÈME SYMPHONIE : 23 NOVEMBRE

Publié le 08.11.2019
BEETHOVEN/PIERRE HENRY - DIXIÈME SYMPHONIE : 23 NOVEMBRE

CRÉATION DE LA VERSION POUR TROIS ORCHESTRES ET CHŒUR, DE LA DIXIÈME SYMPHONIE - HOMMAGE À BEETHOVEN (1979), DE PIERRE HENRY




LE 23 NOVEMBRE - 20H30, À LA CITÉ DE LA MUSIQUE :

CRÉATION POSTHUME DE LA VERSION SYMPHONIQUE

DE LA DIXIÈME SYMPHONIE - HOMMAGE À BEETHOVENPOUR TROIS ORCHESTRES ET CHŒUR,

DE PIERRE HENRY.

ŒUVRE COMBINATOIRE EN 8 MOUVEMENTS, COMPOSÉE À PARTIR DES 9 SYMPHONIES DE BEETHOVEN.

 

De Beethoven, Pierre Henry retint tout ce qu’il aimait, assembla, déconstruisit et reconstruisit pour composer La Dixième de Beethoven.

En travaillant à un vaste collage, il effectue les mêmes opérations de montage/mixage sur bandes et sur partitions.

Après plusieurs versions électroacoustiques, celle dont il rêvait, pour trois orchestres et chœur, sera donnée en création posthume le samedi 23 novembre, 20h30, à la Cité de la Musique.


LA GENÈSE 

Plutôt que de repartir des esquisses, Pierre Henry, maître de la bande magnétique, opta pour le collage de matériaux préexistants. Son objectif : « Démontrer qu’un compositeur peut faire œuvre originale à partir de tout objet sonore, même si cet objet, comme la musique de Beethoven, appartient à notre patrimoine. Manière de perpétuer et d’élargir, hors des sentiers battus, cet état d’esprit "concret" dont je n’ai jamais cessé de me réclamer. »

 


« Je voulais des citations pour réintroduire la temporalité originale. Tantôt on quitte Beethoven, tantôt on le retrouve»



UN HOMMAGE À BEETHOVEN EN 4 DATES :

Beethoven lui-même avait noté des idées en vue d’une symphonie supplémentaire alors qu’il n’avait pas encore achevé sa Neuvième, et travailla sur ce projet de 1822 à 1825, parallèlement à ses autres engagements.

 

25 octobre 1979 : création à la Beethovenhalle de Bonn

La première version de Bonn, de près de deux heures, était constituée de douze parties désignées par leur tempo, leur caractère ou leur forme (généralement en italien selon l’usage), avec Menuetto, Scherzo, Rondo ou, avant le Finale, un « Comme une fantaisie » rappelant peut-être les « Quasi una fantasia » de Beethoven.

 

1er mars 1988 : nouvelle version donnée à la Salle Pleyel à Paris

Réduite à moins d’une heure et à huit parties, la deuxième version parisienne préservait cette relative et très classique abstraction.

 

28 août 1998 : Xe Remix présentée à Crest

La troisième version, remixée, proposait des sous-titres inattendus, menant l’auditeur très loin de l’imaginaire beethovénien. C’était là un changement profond, qui s’expliquait bien sûr par l’évolution du contexte musical et l’influence des genres les plus actuels, mais aussi par la volonté d’ancrer toujours plus sa musique dans le présent.

 

23 novembre 2019 : création posthume de la version pour 3 orchestres et chœur à la Cité de la musique à Paris

Après être allé de l’instrumental au concret, Pierre Henry allait prendre le chemin contraire pour revenir à l’origine instrumentale, sans oublier la route parcourue entre-temps. En clair, il allait, grâce à cette expérience beethovénienne, composer sa propre symphonie pour orchestre. Il eut alors l’idée de bâtir le nouvel ouvrage sur la première version en 12 parties, pouvant être donnée dans son intégralité ou coupée, en huit ou six mouvements. Pour établir la partition d’orchestre, il revenait alors à reprendre la conduite synoptique (collage des fragments de partition) tout en tenant compte du classement des matériaux et de la maquette sonore ou première version sur bandes.

Finalement, Pierre Henry ne fit pas le travail, et celui-ci fut entrepris par Misael Gauchat et Maxime Barthélemy, compositeurs et cofondateurs des éditions Maison ONA. Cette version, expliquent les deux éditeurs, « représente le désir fantasmé de Pierre Henry d’une exécution instrumentale de sa Xe Symphonie. Un double hommage. Une expérience d’écoute qui oscille entre « déjà entendu » et « inouï ».


SAMEDI 23 NOVEMBRE - 20H30

CITÉ DE LA MUSIQUE


PIERRE HENRY
La Dixième Symphonie - Hommage à Beethoven

Benoît Rameau ténor
Jeune Chœur de Paris
Chœur de Radio France
Richard Wilberforce chef de chœur
Orchestre du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Orchestre Philharmonique de Radio France
Pascal Rophé direction
Bruno Mantovani direction
Marzena Diakun direction

Coproduction Radio France, Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Philharmonie de Paris

Diffusion ultérieure audio et vidéo sur France Musique, ARTE Concert et Philharmonie live


 

Pôle de relations médias / Direction de la Musique et de la Création de Radio France

 

François Arveiller /   

Marianne Devilleger /  

Laura Jachymiak /