• Fréquences
  • Accès
  • Contact

France Culture // Cycle Wajdi Mouawad "Incendies" et "La Mort d’Achille" - Les dimanches 26 avril et 3 mai à 21H

Publié le 23.04.2020
France Culture // Cycle Wajdi Mouawad "Incendies" et "La Mort d’Achille" - Les dimanches 26 avril et 3 mai à 21H




23 avril 2020


Cycle Wajdi Mouawad 

Incendies
et La Mort d’Achille 

Les dimanches 26 avril
et 3 mai à 21H





Un artiste est un scarabée qui trouve, dans les excréments mêmes de la société, les aliments nécessaires pour produire les œuvres qui fascinent et bouleversent ses semblables. L’artiste, tel un scarabée, se nourrit de la merde du monde pour lequel il œuvre, et de cette nourriture abjecte il parvient, parfois, à faire jaillir la beauté. 
Wajdi Mouawad 

 

France Culture rediffuse deux de ses œuvres les dimanches 26 avril et 3 mai. Incendiesle deuxième volet de sa célèbre tétralogie Le Sang des promesses amorcée avec Littoral en 1997 et suivie de  de Forêts et Ciels. 


Puis, La Mort d’Achilleun poème dramatique inédit spécialement écrit par Wajdi Mouawad pour France Culture à l’occasion du Festival d’Avignon 2019. Il nous fait accoster sur les rives d’Ithaque en compagnie d’Achille, le grand héros de l’Illiade d’Homère, représenté sous les traits de l’artiste et rappeur Sofiane Zermani 

 

 
 

DIMANCHE 26 AVRIL de 21h à 23H 

 
Incendies de Wajdi Mouawad 

 
Réalisation : Christine Bernard-Sugy 
Bruitage : Bertrand Amiel 
Equipe technique : Philippe Carminati, Matthieu Leroy 
Assistante à la réalisation : Annabelle Brouard 


La pièce est publiée chez Actes Sud – Papiers 


Avec (par ordre d’entrée sur scène) : Maurice Bénichou (Hermile Lebel)Christophe Reymond (Simon)Vanessa Larre (Jeanne)Juliette Roudet (Nawal jeune fille )Laurence Bourdil-Amrouche (Nawal Femme)Charles-Eric Petit (Wahab)Evelyne Guiumarra (Jihane, mère de Nawal)Martine Sarcey (Nazira, grand-mère de Nawal)Simon Duprez (Antoine, infirmier)Julia Vaidis-Bogard (Sawda)Laurent Lederer (le médecin)Aomar Lekloum (Abdessamad)Magid Bouali (le guide)Rabah Loucif (le concierge de l’école)Gérard Dournel (Malak)Jacques Frantz (Chamseddine)Malik Faraoun (Nihad) eSabrina Baldassara (narratrice) 

 
Enregistré en public au Théâtre 71 - Scène Nationale de Malakoff le 26 mars 2006 
 

Celui qui tente de trouver son origine est comme ce marcheur au milieu du désert qui espère trouver, derrière chaque dune, une ville. Mais chaque dune en cache une autre et la fuite est sans issue. Raconter une histoire nous impose donc de choisir un début. 

Et nous, notre début, c’est peut-être la mort de cette femme qui, il y a longtemps déjà, a décidé de se taire et n’a plus jamais rien dit. Cette femme s’appelle Nawal et elle sera enterrée bientôt. Notre histoire commence peut-être par ses dernières volontés, adressées à Jeanne et Simon, ses enfants jumeaux. Mais peut-être notre début c’est cette jeune fille qui, à peine sortie de l’enfance, vient de tomber la tête la première dans sa vraie vie et porte en elle un amour adolescent et un enfant. Cette très jeune fille s’appelle Nawal. Peut-être que c’est là que notre histoire commence, juste avant que sa vie ne se brise. Et "Incendies" serait alors l’histoire de Nawal et d’un acharnement à lire, écrire et penser pour donner un sens à ce qui la dépasse. Peut-être notre histoire commence-t-elle par un territoire déchiré par une guerre civile et occupé par une armée ennemie. Incendies serait alors l’histoire d’une résistance. 

Incendies suit en parallèle chacune de ces trois histoires qui sont intimement liées car chacune trouve sa source dans l’autre. Incendies est alors l’histoire de trois histoires qui cherchent leur début, de trois destins qui cherchent leur origine pour tenter de résoudre l’équation de leur existence et tenter de trouver, derrière la dune la plus sombre, la source de beauté. 

Wajdi Mouawad 

 

Incendies de Wajdi Mouawad a été adapté au cinéma par Denis Villeneuve, sorti sur les écrans en France en janvier 2011, et en septembre de la même année, paru en DVD avec France Culture 
 

 
 

DIMANCHE 3 MAI de 21h à 23h 

 
La Mort d’Achilletexte inédit de Wajdi Mouawad 



Réalisation : Alexandre Plank 
Musique originale : Issam Krimi 
Musiciens : Angèle Legasa (violoncelle) et Issam Krimi (piano et Laptop) 
Equipe de réalisation : Benjamin Perru et Bastien Varigault 
Assistant à la réalisation : Pablo Valero 


Avec Amira Casar, Adama Diop, Jérôme Kircher, Sofiane Zermani, Xavier Gallais et Thibaut Kuttler (élève comédien de l’ensemble 26 de l’ERACM) 


Enregistré en public le 15 juillet 2019 au festival d’Avignon dans la cour du Musée Calvet  
 

Dix ans durant, les guerriers grecs se sont battus, affrontant, dans les plaines d’Ilion les guerriers troyens, sans parvenir à détruire leur cité. Dix ans à être tenus en échec par la résistance obstinée d’Hector, voyant perdurer une guerre qui interdisait tout espoir de retour. Que s’est-il alors passé dans le cœur de ces guerriers lorsque, finalement, grâce à la ruse du cheval de bois, ils réussirent à pénétrer dans l’enceinte de la cité de Priam et, fous de colère, avec le désir d’en finir, ils ont fait face à des enfants, des femmes et à l’ensemble des civils troyens ? Cette question a fait ressurgir le spectre des massacres de Sabra et Chatila, plaie ouverte dans l’histoire de mon pays natal et, tout à coup, il m’est apparu évident que pour les Grecs de cette époque éloignée autant que pour les miliciens chrétiens libanais de 1982 ou ceux qui ont commis les crimes de Srebrenica, il a existé un instant de folie qui n’a eu de cesse de se reproduire selon les mêmes gestes, dans la même chorégraphie macabre. Une transmission de la sauvagerie. Toujours, à toutes les époques, il y a cet instant où tout s’effondre dans l’ivresse du sang et la démesure de la bestialité.   

Comment après de telles nuits, continuer sans se poser la question des dieux et celle de l’enchantement du monde ? C’est cet effondrement que ce texte tente de raconter en prenant comme événement la mort d’Achille, dernier des héros pour qui la présence du divin était une évidence, mort après laquelle le ciel semble vide et les humains condamnés à poursuivre leurs chemins, seuls dans la confusion et le brouillard, et où quelque chose aurait pu être sauvé mais qui ne le fut pas.  

Wajdi Mouawad 

 

Ces deux fictions seront en réécoute dans Théâtre&Cie sur franceculture.fr 
 


BIOGRAPHIE 

Wajdi Mouawad  

Né au Liban en 1968, l’auteur, metteur en scène et comédien a passé sa jeunesse en France et son adolescence au Québec. Il signe des adaptations et mises en scène de pièces contemporaines, classiques et de ses propres textes publiés aux éditions Leméac / Actes Sud-Papiers.  

Il écrit également des récits pour enfants et les romans Visage retrouvé en 2002 et Anima dix ans plus tard. Traduits en vingt langues, ses écrits sont édités ou présentés à travers le monde.  

Diplômé de l’École nationale d’art dramatique du Canada en 1991, il co-fonde avec Isabelle Leblanc sa première compagnie, le Théâtre Ô Parleur. À la direction du théâtre de Quat’Sous à Montréal de 2000 à 2004 puis du Théâtre français du Centre national des Arts à Ottawa, il est artiste associé du festival d’Avignon en 2009 où il crée le quatuor Le Sang des promesses. Sa première création en tant que directeur de La Colline, Tous des oiseaux, présentée à l’automne 2017, voyage depuis en France et à l’international. La pièce a gagné le Grand prix de L’Association Professionnelle de la Critique de Théâtre, de Musique et de Danse pour la saison 2017/2018. Créé au printemps suivant, le spectacle Notre innocence, joue quant à lui à Madrid en 2018. Plusieurs de ses précédents spectacles poursuivent leur tournée, comme le solo Inflammation du verbe vivre et Les Larmes d’Œdipe, qui composent Des Mourants, dernier chapitre d’une aventure autour des tragédies de Sophocle. Le solo Seuls, présenté plus de 200 fois depuis sa première représentation en 2008, joue encore à ce jour et s’inscrit dans le cycle Domestique avec le spectacle Sœurs et ceux à venir Père et Mère. Après sa dernière création Fauves en mai 2019 à La Colline, Wajdi Mouawad a créé en novembre 2019 Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge avec Arthur H. 

 

Crédits photos  
Wajdi Mouawad : Pedro Ruiz - Getty 
La Mort d’Achille : Marie-Julie Bourdeau 



CONTACTS PRESSE 
 
Claude-Agnès Marcel style="">
Marie-Julie Bourdeau