• Fréquences
  • Accès
  • Contact

France Culture // Lectures à propos par André Dussollier sur France Culture - Mercredi 15 avril de 19h à 20h

Publié le 10.04.2020
France Culture // Lectures à propos par André Dussollier sur France Culture - Mercredi 15 avril de 19h à 20h



10 avril 2020


Lectures à propos par André Dussollier  

sur France Culture   

Mercredi 15 avril de 19h à 20h  

Semmelweis, 
de Louis-Ferdinand Céline 
 


L'idole mâle [...] s'implore lui-même et ne peut plus... Il a trop détruit. On commence à ne plus croire à son ingéniosité, il se prend à douter de lui-même. À force de secouer ses plumes, de les trouver admirables, il s'était cru tout permis ; demain il sera ridicule.   
Passage de l’œuvre Semmelweis, de Louis-Ferdinand Céline  

  
 

Acteur de cinéma, comédien de théâtre et ancien sociétaire de la Comédie-Française, André Dussollier lit de chez lui pour France Culture. Pour cette première lecture, il a choisi un des plus grands textes de Louis-Ferdinand Céline : Semmelweis (aux Éditions Gallimard).   
Un texte qui fait très fortement écho à la situation si particulière que nous vivons.  
 

"Lecture à propos" par André Dussollier sera diffusée le mercredi 15 avril de 19h à 20h et sur franceculture.fr. 
 

  

Face au coronavirus, on assiste aux débats médicaux les plus virulents. Je n’ai pu m’empêcher de penser à l’histoire du docteur Semmelweis, ce médecin hongrois qui en 1846 s’attaqua aux causes de la fièvre puerpérale qui touchait les femmes après leur accouchement et provoquait leur mort dans des proportions considérables. 
Louis-Ferdinand Céline, alors âgé de trente ans, fit de l’histoire de ce médecin le sujet de sa thèse, qu’il soutint devant la Faculté de médecine en 1924.  

A presque deux siècles de distance, il est surprenant de voir jusqu’où l’histoire peut se répéter, quand la science médicale est confrontée aux intuitions des uns et au nécessaire contrôle du corps médical tout entier.  La science tâtonne, s’interroge, cherche, avance et malgré les âpres combats qui opposent les médecins entre eux, finira avec le temps, par vaincre la maladie pour le bien de l’humanité.  

C’est l’histoire de ce médecin hongrois né en 1918 à Budapest d’un père épicier et d’une mère infatigable, tôt mariée, qui mit au monde huit enfants, que Louis-Ferdinand Céline raconte à travers ces pages que j’ai choisi de lire pour France Culture. 
André Dussollier  
  

Dans cette période où beaucoup font l’expérience de la difficulté à se concentrer sur un roman ou un essai, la proposition que nous a faite André Dussollier, merveilleux comédien, merveilleux lecteur, de lire pour nous est un cadeau très précieux pour tous nos auditeurs. La littérature n’est pas le récit de ce qui se passe, mais à son meilleur, elle éclaire d’un autre jour l’expérience de la vie et des événements qui la bouscule. C’est tout le sens de cette lecture que de venir en écho à la crise d’aujourd’hui et de créer par l’écoute un lieu d’émotions communes.
Sandrine Treiner, Directrice de France Culture  

 

Remerciements aux Éditions Gallimard pour leur aimable autorisation.  

 


A PROPOS... DE L’OEUVRE  


Semmelweis, de Louis-Ferdinand Céline, publié aux éditions Gallimard   

Extraits choisis, lus et présentés par André Dussollier  
Réalisation Pascal Deux  
Montage et mixage Jean-Benoit Têtu  


Louis-Ferdinand Destouches fait des études de médecine après son baccalauréat et soutient sa thèse en 1924. Il est donc médecin avant de devenir l'écrivain que l'on connaîtra en 1932, sous le pseudonyme de Louis-Ferdinand Céline, lors de la publication de son premier roman Voyage au bout de la nuit.  Sa thèse de médecine, il la consacre à la vie et à l'œuvre de Philippe Ignace Semmelweis (1818-1865), médecin obstétricien hongrois qui fit une découverte exceptionnelle sur la fièvre puerpérale dont mourait nombre de femmes après leur accouchement. Les jeunes internes étudiants en médecine qui pratiquaient ces accouchements ne se lavaient pas les mains après avoir procédé à des autopsies. Cette découverte essentielle, Semmelweis tenta de l'imposer au corps médical, sans succès. Génie bizarre au caractère brutal, il braqua ses confrères qu'il alla jusqu'à traiter d'assassins. Il perdit son poste et, totalement incompris par ses pairs, il finit par mourir interné dans un asile de Vienne dans des circonstances obscures. Il ne fut réhabilité qu'à la fin du XIXème siècle, après que Pasteur, Koch ou encore Yersin eurent validé son intuition. La thèse que lui a consacré le jeune Dr Louis-Ferdinand Destouches parut après sa soutenance en 1924. En 1936, à la suite du succès littéraire de ses deux premiers romans, elle fut publiée par les éditions Denoël sous le nom de Louis-Ferdinand Céline et titrée Semmelweis.

CONTACTS PRESSE 
 
Claude-Agnès Marcel style="">
Marie-Julie Bourdeau