• Fréquences
  • Accès
  • Contact

RADIO FRANCE / Le Conseil d'Administration approuve le budget rectificatif 2020 de Radio France

Publié le 16.10.2020

COMMUNIQUE DE PRESSE  l Vendredi 16 octobre 2020

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION APPROUVE LE BUDGET RECTIFICATIF 2020 DE RADIO FRANCE

QUI TEMOIGNE DE LA MAITRISE DU BUDGET DANS UN CONTEXTE FORTEMENT IMPACTE PAR LA CRISE

Le Conseil d’Administration de Radio France a approuvé lors d’une séance le budget rectificatif pour l’année 2020. Avec un résultat d’exploitation de -11,2 millions d’euros, il traduit un budget maîtrisé malgré les effets importants de la crise sanitaire sur les comptes de Radio France.

Ce résultat valide également les prévisions communiquées précédemment qui tenaient compte de l’impact projeté de la crise sanitaire.

Le budget rectificatif présente donc :
  • Une perte de ressources propres liée à la crise de 12,5 millions d’euros, portant sur les recettes publicitaires mais aussi sur les recettes de billetterie liées aux activités de concerts et d’institution culturelle de Radio France, et enfin sur d’autres recettes parmi lesquelles les activités de diversification et Studio Radio France.

  • Des dépenses supplémentaires liées à la crise de 4,1 millions d’euros, pour la mise en œuvre de mesures permettant à Radio France – qui a la particularité d’avoir un modèle de production totalement interne - d’assurer la continuité de ses antennes et de ses missions de service public (production de la radio à distance, surcout d’hébergement informatique, etc.) et de protéger la santé de ses collaborateurs (achat de dispositifs de protection, déploiement sur tout le territoire dans un réseau très dense en régions).

  • Des économies réalisées pendant la période de confinement et de déconfinement progressif, à hauteur de 7 millions d’euros, liées à l’annulation et au report de certaines activités.

  • Un surplus de 6,6 millions d’euros sur la masse salariale par rapport au budget initial notamment lié à la décision, prise en solidarité et en responsabilité par la direction dès le mois de mars, de ne pas procéder à des non-renouvellements de contrats au cœur de la crise et de maintenir la rémunération des salariés non-permanents par solidarité.
Par ailleurs, une provision complémentaire dans les comptes (6,9 millions d'euros) est prévue au titre des départs projetés dans l’accord Emploi 2022.



Daniel SALTSMAN

-


Peggy DREYER

  -