Coupe du monde : rompre avec la malédiction du champion

Les Bleus soulèvent le trophée de la Coupe du monde lors du Mondial 2018 en Russie, après avoir battu la Croatie en finale.
Les Bleus soulèvent le trophée de la Coupe du monde lors du Mondial 2018 en Russie, après avoir battu la Croatie en finale. ©AFP - Jewel Samad
Les Bleus soulèvent le trophée de la Coupe du monde lors du Mondial 2018 en Russie, après avoir battu la Croatie en finale. ©AFP - Jewel Samad
Les Bleus soulèvent le trophée de la Coupe du monde lors du Mondial 2018 en Russie, après avoir battu la Croatie en finale. ©AFP - Jewel Samad
Publicité

C'est malheureusement une tradition : presqu'aucun champion du monde en titre sortant n'a remporté le trophée deux fois de suite. Cette année, la France va essayer de rompre avec cette malédiction, mais il va falloir se dépasser sans plusieurs joueurs, forfaits.

Pour les Bleus, la Coupe du monde de football, démarre demain, mardi 21 novembre 2022 au Qatar. L’équipe de France affrontera l’Australie, pour son premier match de groupe, comme en 2018. Mais les Français auront en tête une statistique qui fait froid dans le dos : depuis 20 ans, à l’exception du Brésil de 2006, tous les champions du monde en titre ont été éliminés dès le premier tour. Certains parlent même de malédiction, Ecoutez le reportage à Doha de Xavier Monferran, journaliste à la direction des Sports de Radio France.

Loi des série, une seule exception : le Brésil

Au XIXe siècle, champion sortant rime presque toujours avec champion sorti. Et cette histoire a commencé avec les Bleus, de 2002. Difficile de mettre ça de côté, pour le capitaine Hugo Lloris : "On ne peut pas ne pas y penser, ça arrive une fois, deux fois, trois fois, forcément il y a des réponses à ces questions, analyse le capitaine des Bleus. Depuis ce sacre en Russie, on sent des adversaires encore plus motivés à l'idée d'affronter les champions du monde. Il y a également les dangers des premiers matches".

Publicité

"Ca prouve la difficulté de se maintenir au très haut niveau", Didier Deschamps

Si les footballeurs sont réputés pour être superstitieux, ce n’est pas le cas du sélectionneur des Bleus. Pour Didier Deschamps, tout s’explique : "c'est pas ça qui va me saper le moral, bien au contraire, mais ça prouve la difficulté de se maintenir au très haut niveau", explique-t-il.

C’est devenu tellement difficile, qu’aucun champion du monde n’a réussi a garder son titre depuis le Brésil en 1962. Mais pour Adrien Rabiot, c'est une source de motivation. "C'est excitant de pouvoir défendre son titre, on a l'opportunité de marquer l'histoire", souligne le joueur. Et ce doublé, ils sont dix joueurs à pouvoir le réaliser. Comme la légende brésilienne, Pelé, il y a 60 ans.