Commune de Paris : histoire, commémoration | Radio France

Commune de Paris

En savoir plus

Toute l'actualité

Commune de Paris

Le 26 janvier 1871, une semaine après la proclamation de l'empire allemand dans la Galerie des glaces du château de Versailles, l'armistice franco-allemand est conclu dans la douleur et l'humiliation. Pour les ouvriers de Paris, qui ont lutté durant quatre mois contre les soldats prussiens tout au long d'un terrible siège, la défaite est insupportable. Rapidement rejoint par la Garde nationale, le peuple se soulève. C’est le début de la « Commune » qui va chercher à tout prix à défendre la République, et s'opposer à une assemblée monarchiste élue en février 1871 : l'Assemblée de Versailles. La Commune élit assez rapidement un Conseil municipal et l'établit à l'Hôtel de Ville. A partir du 18 mars, les Communards s'en prennent aux représentants du gouvernement d'Adolphe Thiers. Parmi les destructions marquantes, celle de la colonne Vendôme, symbole de l'Empire, et celle de l'hôtel particulier d'Adolphe Thiers. Les nouvelles circulant vite grâce au télégraphe, la Commune essaime dans les villes de Lyon, Saint-Etienne, Narbonne, Toulouse ou Le Creusot dans les jours qui suivent le soulèvement parisien. Mais ces Communes de province seront écrasées au bout de quelques jours seulement. A Paris en revanche, l'insurrection s'étend sur 72 jours à l'issue desquels elle est brutalement réprimée par les troupes versaillaises lors de la Semaine sanglante. 30 000 Communards - ou supposés tels - sont fusillés sans jugement. Les autres seront condamnés et déportés dans un bagne de Nouvelle-Calédonie.

Retrouvez en cinq temps notre série sur les idées reçues de la Commune :